Les sept pêchés capitaux de Marcelo Bielsa

le
0
Les sept pêchés capitaux de Marcelo Bielsa
Les sept pêchés capitaux de Marcelo Bielsa

De sa première conférence de presse donnée les yeux baissés à son départ au soir de la première journée, Marcelo Bielsa a accumulé les détracteurs lors de son court mais riche passage par la Ligue 1. Avant de tourner la page d'une année dont El Loco a été un personnage clivant, voici sept raisons qui lui ont valu l'inimitié d'une certaine France.

1. Partir après la première journée

"Je viens de démissionner de mon poste d'entraîneur de l'Olympique de Marseille". L'annonce, tombée dans la foulée du premier match et de la première défaite de l'OM de la saison, a assommé le Vieux Port, et révolté le gros du milieu de la L1 et des faiseurs d'opinions. Ceux qui se retenaient s'en sont donnés à cœur joie, tandis que les critiques de toujours savouraient leur triomphe, celui d'une supposée raison sur les idées folles de l'hermétique Argentin. Celui d'un certain conformisme surtout, qui veut qu'un entraîneur ait le droit de s'entêter jusqu'à mettre en péril l'équipe dont il a la charge -schéma classique- mais qui ne peut supporter que Bielsa s'en aille en avançant une question de principe, celui de la parole donnée. "Bielsa a manipulé tout Marseille, s'était alors emporté Louis Nicollin dans les colonnes du Parisien. C'est un bon comédien. Il doit déjà être entraîneur du Mexique, non ?" Bah non, en fait ...

2. Ne pas avoir accroché la Ligue des champions

Champion d'automne, en proposant un jeu résolument tourné vers l'avant, l'OM est la bonne surprise de la première moitié de saison. A défaut de titre, la Ligue des champions lui semble promise. Mais les Phocéens vont pourtant tout perdre, ou presque. L'OM termine la saison en quatrième position à quatorze points du PSG. Un résultat à mettre évidemment entièrement sur le dos de l'Argentin. Peu importe la CAN, les blessures de certains de ses pions essentiels, des décisions arbitrales contestables (cf OM-OL), les raisons de l'échec sont simples et univoques : Bielsa a rincé ses joueurs par son exigence démesurée et par son entêtement tactique. Ce qui n'est peut-être pas totalement faux. Mais ce sont aussi ces ingrédients qui avaient fait de l'OM un champion d'automne admiré. Ceux qui raillent chaque fin de semaine l'ennui des matches de L1 ont pourtant préféré ne retenir que le résultat final du Marseille d'El Loco.

3. Ses tactiques venues d'ailleurs

Marquage individuel, 3-3-1-3, style vertigineux : un triptyque conçu par le cerveau d'un véritable dément, assurément. Peu importe que Pep Guardiola l'admire, que Jorge Sampaoli lui voue un culte et ait profité du travail de fond d'El Loco pour faire du Chili une des meilleures sélections de la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant