Les séparatistes catalans se divisent sur la candidature de Mas

le
1
    MADRID, 27 décembre (Reuters) - Les partis séparatistes 
catalans ne sont pas parvenus à s'entendre dimanche sur la 
désignation du chef de l'exécutif de la région, laissant 
entrevoir la possibilité de devoir organiser de nouvelles 
élections locales d'ici le mois de mars en Catalogne. 
    Les formations séparatistes, qui ont remporté la majorité 
des sièges lors des élections régionales du 5 septembre, 
s'étaient pourtant entendues mardi sur la formation d'un 
gouvernement susceptible de relancer un processus 
d'indépendance. 
    Mais, cet accord est devenu caduc dimanche lorsque le parti 
anticapitaliste CUP (Candidature d'Unité populaire), formation 
minoritaire au sein de la coalition favorable à l'indépendance, 
a refusé d'approuver la reconduite d'Artur Mas à la tête de 
l'exécutif régional qu'il occupe depuis 2010. 
    Les membres du CUP ont voté pour moitié en faveur d'Artur 
Mas et pour moitié se sont opposés à sa désignation, ce qui 
laisse envisager la nécessité d'un nouveau scrutin local, le 
quatrième depuis 2010. 
    Une nouvelle réunion du CUP est prévue le 2 janvier mais si 
la question n'est pas tranchée avant le 9 janvier, alors des 
élections seront convoquées automatiquement. 
    Les divisions entre les différentes formations 
indépendantistes interviennent dans une période d'incertitude 
politique en Espagne après les élections législatives du 20 
décembre. 
    Le chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy, a vu 
sa formation le Parti populaire (PP) perdre la majorité absolue 
dont il disposait au parlement. 
    Rajoy, qui entend défendre l'unité de l'Espagne et s'oppose 
à toute velléités indépendantistes catalanes, peine à former un 
nouveau gouvernement. 
     
 
 (Catherine MacDonald; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 11 mois

    Pitoyables indépendantistes se déchirant pour avoir la plus grosse part du gâteau sur le dos de la population.