Les sénateurs américains chassent les «applis» antiradars 

le
0
Le Sénat a obtenu du fabricant du BlackBerry, la suppression de l'application PhantomAlert. Cette ­requête a aussi été adressée à Google et Apple.

C'est peut-être le début de la fin pour les conducteurs américains qui se plaisent à dépasser la vitesse autorisée, voire à prendre le volant avec quelques verres d'alcool. Le Sénat a obtenu de Research in Motion, le fabricant du BlackBerry, la suppression de l'application PhantomAlert.

Ce programme, qui signale les barrages de police, permet aux automobilistes de lever le pied à temps pour éviter les excès de vitesse ou de changer éventuellement de conducteur si l'ébriété du chauffeur est manifeste. Ce comportement irresponsable sera bientôt révolu.

«Les conducteurs ivres auront bientôt un outil de moins pour échapper à la loi et mettre la vie de nos amis et de nos familles en danger», se sont réjouis les sénateurs.

Si BlackBerry a réagi le premier, cette ­requête a aussi été adressée à Google et Apple. Elle a donc de fortes chances d'être généralisée aux États-Unis, puis de traverser l'Atlantique.

Des voix s'élèvent en effet sur le Vieux Contin

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant