Les sectes prolifèrent dans le domaine de la santé 

le
0
Georges Fenech, président de la Miviludes, souhaite l'interdiction de pratiques charlatanesques et dangereuses.

 

Georges Fenech, président de la Miviludes.
Georges Fenech, président de la Miviludes. Crédits photo : Vernier / JBV NEWS/© Vernier / JBV NEWS

 

Voté pour lutter contre les dérives sectaires, le texte avait suscité bien des interrogations quant à son application. Mais dix ans plus tard, la loi dite «About-Picard», qui institue un abus de faiblesse dû à une emprise mentale, est bel et bien perçue comme un outil juridique efficace. Ses dispositions ont débouché à ce jour sur trente-cinq condamnations et sur une centaine d'affaires à l'instruction.

Un nombre qui peut paraître insuffisant mais qui satisfait Catherine Picard, présidente de l'Unadfi, association qui lutte contre les mouvements sectaires. «Ce texte a trouvé son rythme de croisière», selon elle, même si pour certains son application se heurte à des délais de prescription trop courts. Trois ans, comme c'est le cas habituellement en matière délictuelle. D'anciennes victimes font en effet valoir que, même libérées de leur bourreau, l'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant