Les secrets de Dacia, la pépite de Renault 

le
0
Ces voitures low-cost s'arrachent en Europe. Reportage au c?ur d'une marque née sous l'ère communiste.

Mioveni, une petite ville située dans la campagne roumaine, à flanc de collines. Nous sommes près de Pitesti, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Bucarest. Par temps clair, on aperçoit les sommets enneigés des Carpates. Ces dernières années, des commerces et des hôtels sont apparus. Les maisons en briques ont remplacé les bicoques en bois et les jardins ont fleuri. Dans les villages alentour, les paysans ont désormais de quoi élever des animaux.

Cette amélioration de leur niveau de vie, exceptionnelle dans ce pays en crise, les habitants la doivent à l'usine voisine, qui les alimente aussi en eau courante. Cet immense bâtiment aux hautes façades blanches est le temple mondial du low-cost. C'est là que sont fabriqués les modèles Dacia que les Européens de l'Ouest s'arrachent, comme le Sandero ou le Duster. Quel chemin parcouru depuis 1968! À l'époque, l'usine est créée par un régime communiste désireux de se doter d'une industrie automobile, symbole

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant