Les SCPI une forme d'épargne adaptée à la problématique des jeunes

le
5

Pour son deuxième baromètre, Perial livre le profil du français disposé à investir dans l’épargne immobilière. Plus généralement, l'objectif de ces baromètres est de limiter les risques de confusion et d’auto-exclusion tout comme de rassurer sur la solidité de l’épargne immobilière.

Les baromètres édités par  Périal cherchent à illustrer le potentiel de l'épargne immobilière « déjà en plein essor, et pourtant encore méconnue des français ».

Pour sa deuxième livraison, il ressort que « les moins de 35 ans sont prêts à épargner et à prendre des risques» ... une fois l’épargne immobilière et ses avantages explicités.  Le profil socio-démographique  qui se dégage est plutôt jeune : 36% ont moins de 35 ans.


De même 54% des jeunes pensent que la SCPI est le produit d’investissement idéal. Cette catégorie d’épargnants semble également disposée à prendre des risques. En effet, 40% d’entre eux se définissent autant comme investisseurs qu’épargnants. De même, 49% d’entre eux pensent accroître ou réallouer leur épargne au regard du contexte économique.

On compte 42% des épargnants, attirés par l’épargne immobilière pour constituer un capital en vue de l’acquisition d’un bien immobilier. Ils conçoivent davantage l’épargne immobilière comme une bonne synthèse de l’immobilier et du livret (76%) ou de l’épargne et de l’immobilier (77%).

Dernier point, pour les plus jeunes, le bouche à oreille constitue la référence la plus sûre de prescription en matière d’épargne, 68% écoutent les conseils de leur entourage, juste devant les conseils de leur conseiller bancaire ou du CGP (64%). Enfin, la presse économique est le troisième vecteur d’information pour 38% des interviewés.

En tout cas, du côté de Périal l'objectif de son baromètre est de « limiter les risques de confusion et d’auto-exclusion, de les rassurer sur la solidité de l’épargne immobilière et d’insister sur ce qui différencie l’épargne immobilière des autres produits en matière de sécurité et de performance » explique son président Eric Cosserat.

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • akelacca le mercredi 2 mar 2016 à 11:35

    Pour l’anecdote, j'ai calculé que si je mettais toute mon épargne sur un livret A j'aurais besoin de 125 ans d'épargne pour acheter cash mon appartement ( en supposant que le prix de l'immobilier ne monte pas).

  • akelacca le mercredi 2 mar 2016 à 11:28

    @SIBILE, l'investissement à crédit est pour certain le seul moyen d'épargner suffisamment pour acheter de quoi ce loger.

  • akelacca le mercredi 2 mar 2016 à 11:20

    Les SCPI attire les jeunes tel que moi car elles sont un palliatif pour ceux qui n'ont pas accès au marché immobilier. En effet aujourd’hui a moins d'un gros salaire il est impossible d’acheter dans la majorité des grandes villes de France pour une jeune. Or, l'immobilier est le seul domaine ou une banque vas suivre un jeune avec de bas revenus qui souhaite investir et les SCPI bénéficient de cet avantage de l'immobilier.

  • faites_c le mardi 1 mar 2016 à 18:50

    "Cette catégorie d’épargnants semble également disposée à prendre des risques." Si cette catégorie était réellement prête à prendre des risques, elle investirait son épargne en bourse et pas dans de la pierre-papier n'en déplaise aux sociétés qui commercialise des parts de SCPI!!!

  • sibile le mardi 1 mar 2016 à 17:24

    c'est de la folie de prendre des risques sur son épargne quand on sait qu'on en aura besoin pour acheter de quoi se loger