Les SCPI préférées des Français en 2014

le
0

Le marché français dénombre 162 SCPI investies sur des actifs d’immobilier d’entreprise et résidentiel. Parmi elles, 64 ont procédé en 2014 à des augmentations de capital. Au total, leur collecte nette s’est élevée à 2,93 mds €, en hausse de 17% par rapport à 2013. Les SCPI de bureau ont rencontré le plus vif succès avec une collecte 1,82 mds€, en hausse de +7,3%). Elles sont suivies par les SCPI de commerces (437,2 m€, +5,8%). En terme de croissance, ce sont les SCPI diversifiées et spécialisées qui ont rencontré la plus forte progression avec respectivement +120% (315,6m€) et +103 % (154 m€) de collecte.

Au total, l'immobilier d'entreprise demeure la catégorie reine avec 2,73 mds € (+17,1%) engrangés tandis que le créneau résidentiel n'a drainé que 200 m€ de capitaux.

Tout comme en 2013, sur le thème de l'immobilier d'entreprise, Primopierre (Primonial) arrive en tête de peloton de la collecte du marché. La SCPI a réuni quelques 276 m€ (+9,4%). La stabilité de sa performance (Taux DVM 5,22%) a accompagné la hausse du prix moyen acquéreur de sa part (193,67€, +1,4 %) en 2014.

Juste derrière, Accimmo Pierre (BNP Paribas) et PF02 (Perial) ont respectivement amassé 241,4 m€ (+8,2%) et 223,2 m€ (7,6%). Sans faire d'étincelles, le produit de BNP Paribas fait montre d'une belle stabilité de son taux de distribution (4,7%). Au delà, les investisseurs ont sans doute été séduits par un « patrimoine récent en cours de constitution » qui prend en compte les dernières normes environnementales. De quoi permettre à la SCPI d'afficher un portefeuille où « 100 % des actifs a un âge énergétique supérieur aux années 2000 ». Nul besoin de présenter de PF02. Malgré une légère érosion de son dividende (9,5€ vs 9,6€), la SCPI « verte » arrive néanmoins à sortir un taux de distribution intéressant de 5,22 %.

Le groupe de SCPI dont la collecte est supérieure à 100 m€ comprend 9 SCPI. Actives sur un large spectre d'actifs, ce sont celles investies en bureaux comme Notapierre (Unofi, 131,2 m€), Edissimmo (Amundi Immobilier 117,7 m€), Elysées Pierre (HSBC REIM 117,3 m€), Epargne Foncière (La Française, 116,6 m€) et Rivoli Avenir Patrimoine (Amundi Immobilier 103,5 m€) qui rencontrent le plus l'adhésion du public. Sur l'axe commercial, Immorente (Sofidy) encaisse quelques 170 m€ et sur la catégorie diversifiée, Corum Convictions (Corum AM) 132,1 m€. Estampillée d' «équilibrée, dynamique et opportuniste » la SCPI conjugue de surcroît, un rendement parmi les plus élevés (6,31 %) loin de laisser indifférent les investisseurs. A noter le beau succès de Primovie (Primonial Reim, actualité 4 mars) sur les thèmes dédiés aux actifs de santé, éducation et dépendance. Appuyée par un rendement attractif (5,10%) et un marketing flattant un investissement « généralement réservés aux institutionnels » la SCPI a collecté l'année dernière près de 125 m€. Un apport rapidement investi avec 7 nouveaux actifs en portefeuille.

A la traîne du classement, 2 SCPI affichent une collecte nette inférieure à 1m€. Novapierre 1 (Paref Gestion, 0,3 M€) et la toute récente Rhônes Alpes (FD Patrimoine, 0,3 M€). Le recul prolongé du dividende de Novapierre 1 (18,6€ vs 18,75€) a fait oublier que « les expertises des acquisitions réalisées en 2014 font ressortir une valeur supérieure de 12,7 % au prix d’achat ». Dans le cas de la toute jeune SCPI Rhônes Alpes (lancement en mars dernier) la thématique « régionale » n'a visiblement pas encore convaincu, sa sœur qui vise elle le « Grand Est » n'a récolté que 1 m€.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant