Les SCPI gagnent leur pari en 2014 avec un rendement au dessus de 5 %

le
0

Encore un excellent cru en 2014 pour les SCPI. En plus de réussir à maintenir leur taux de distribution au dessus de 5 % (5,08%), elles ont bénéficié d'une collecte record : 2,93 mds €. Conscients de enjeux du financement de leur retraite, les investisseurs ont témoigné ainsi de leur confiance dans un produit d’épargne de long terme et rigoureusement régulé.

Les statistiques publiées par l'ASPIM-IEIF sur le bilan 2014 des SCPI étaient attendus avec impatience. Les épargnants ont de quoi se réjouir : dans un contexte économique morose, leur placement n'a pas démérité. Au contraire.

La capitalisation

Au 31 décembre, les 126 SCPI retenus dans l'échantillon de l'ASPIM-IEIF capitalisent 32,87 mds €, « un niveau jamais atteint en progression de près de 9,7 % ». Pour mémoire, leurs encours sous gestion s'élevaient à 18,95 mds voilà 5 ans et à 11,55 mds € à fin 2004. Le segment typologique ayant la capitalisation la plus élevée concerne les bureaux (22,2 mds €, +9,7 %) puis les commerces ( 4,64 mds €, +10,8 %). Au bout du classement, le résidentiel capitalise 3,67 mds € (+2,4 %)

 

La collecte

Un nouveau record historique de la collecte des SCPI a été battu. La collecte brute s'élève à 3, 48 mds € (soit 10,59% de la capitalisation). En net, ce sont 2,93 mds € qui ont été engrangés soit une hausse de 16,6 % sur un an. L'engouement a été plus marqué pour les véhicules diversifiés c'est à dire ceux dont aucun type d'actif ne dépasse 70 % du patrimoine (315,6m€, +120 %) et les spécialisés (154 m€, +103 %). Le succès n'a pas épargné non plus les SCPI qui contiennent au moins 70 % de leur portefeuille en « Bureaux » (1,82 mds €, +7,3 %,) ou en « Commerces » (437,2 m€, +5,8 %). Même si les montants collectés en immobilier résidentiel demeurent bien plus faibles que ceux en entreprise, le « logement »signe un bel exercice. Les investisseurs ont apporté leur soutien en souscrivant des parts pour près de 199,8 m€ (+10.1 %).

Le succès commercial des SCPI a entrainé une dynamique auprès des OPCI. La montée en puissance des 9 OPCI « grand public » a engendré une collecte de 813 m€, « essentiellement sous forme d’unités de compte de contrats d’assurance-vie ». Leur capitalisation globale atteint fin décembre 2,04 mds €.

 

Marché secondaire

543,2 m€ ont été échangées sur le marché secondaire. Ce niveau indique « une activité équivalente à celle de l’exercice précédent (+ 4,1 % pour les SCPI Immobilier d’entreprise). Rapporté au montant de la capitalisation à fin 2014, ce marché reste comme d’ordinaire mesuré : le taux annuel de rotation des parts de SCPI s’est limité à 1,65 % en 2014. Le cumul des parts en attente de cessions (sur le marché secondaire des SCPI à capital fixe) et des retraits non compensés (pour les SCPI à capital variable, 8,59m€ ) se limite à 0,24 % de la capitalisation globale contre 0,17 % en 2013.

 

Les Performances

Le taux de distribution sur la valeur de marché (TDM) n'a pratiquement pas bougé. Il se maintient au-dessus des 5 %: 5,08 % précisément contre 5,15 % en 2013. Très mesuré, ce recul s'explique à la fois par un léger retrait des revenus distribué (-0,81%) et une progression de 0,54 % du prix moyen des parts (elle est mesurée à la fois par le marché secondaire des SCPI à capital fixe et par le prix de souscription des SCPI à capital variable). Enfin, le « rendement » des SCPI diffère selon leur typologie. En léger recul, celles de bureaux affichent un TDM de 5,05 % (5,13 % en 2013) tandis que celles spécialisées tournent autour de 5,39 % (5,46 % en 2013). Sur les commerces, le taux de distribution a en revanche, progressé . En moyenne, il atteint 5,13 % contre 5,11 % un an avant.

Rapportée aux taux obligataires*, la « prime de risque » des SCPI est historiquement élevée. De quoi susciter l'enthousiasme de Patrick de Lataillade, Président de l’ASPIM. «Les résultats remarquables obtenus par les SCPI en 2014, témoignent à la fois de leur maturité et de la complémentarité de l’offre des placements régulés en immobilier. Dans un contexte économique toujours difficile, autant la qualité de la gestion de ces fonds que les obligations prudentielles liées à la régulation qui les encadre apportent une protection vivement appréciée par les épargnants ».

 

*Taux de l’Echéance Constante (TEC) à 10 ans selon la Banque de France à fin 2014 : 0,86 %

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant