Les SCPI en quête de rendement

le
0

Dans un contexte où l’immobilier d’entreprise de qualité est soumis à une forte concurrence et à des prix élevés, les SCPI se démènent pour soutenir leur rentabilité. Parmi les solutions retenues, nombre d’entre elles ont décidé de s’ouvrir  à d’autres pays ou typologies d’actifs.

Même si une réponse positive est probable ou déjà obtenue de la part des associés, un bon nombre d’assemblées générales 2016 ont été marquées par des résolutions visant à élargir la politique d’investissement de certaines SCPI.

Le 12 juillet, par exemple,  Primovie (Primonial Reim) soutenue par son conseil de surveillance espère pouvoir augmenter sa proportion d’investissement dans la zone Euro. Elle serait limitée à 45% de la valeur de son portefeuille au lieu de 25 % précédemment. A noter que le même jour, il sera soumis aux votes des associés la prolongation du  délai de jouissance des parts en le portant de 2 mois à 3 mois. « Ainsi, les parts porteront jouissance le 1er jour du quatrième mois suivant la souscription et ce, pour toute souscription enregistrée à compter du 1er octobre 2016 ».

Même adaptabilité chez la Française AM qui a déjà obtenu l’accord de ses associés pour  un « aménagement de la politique d’investissement ». Comment ?  Par une diversification sectorielle. Ainsi Epargne Foncière, Pierre Privilège ou Immofonds 4 vont pouvoir acquérir des biens comme des emplacements de parkings, santé, hôtels, résidences gérées, etc. « Dès lors qu’ils font majoritairement l’objet d’un bail commercial » et ce, dans la limite de 15 %. Cette nouvelle direction qui appuie la volonté de la Française AM de maintenir la rentabilité des ses SCPI vient compléter l’accord obtenu il y a 2 ans  d’investir aux Etats de l’Union Européenne…à titre accessoire.  

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant