Les sapins de Noël résistent à la crise

le
0
Les Nordmann, moins odorants que les épicéas, mais perdant moins d'aiguilles, devraient encore une fois être les stars du réveillon de Noël.

Ruée, ce week-end, sur les sapins de Noël! «Chaque année, plus de la moitié des ventes s'effectuent entre le 1er et le 15 décembre», selon une étude TNS Sofres pour FranceAgriMer, l'organisme de collectes de données agricoles. Et un peu probablement plus cette année... «En période de crise, davantage de personnes fêtent Noël chez elles et ont besoin de se raccrocher à des valeurs traditionnelles comme le sapin», explique au Figaro Christophe Mauny, trésorier de l'AFSNN (Association française du sapin de Noël naturel), lui-même producteur en Bourgogne.

Ainsi, plus d'un foyer sur cinq achète un arbre de Noël, au prix moyen de 24,7 euros (tarif en hausse de 2,9 % sur un an en 2011). «Le marché a atteint près de 150 millions d'euros en 2011, dont 130 millions pour les sapins naturels», précise le trésorier de...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant