Les sanctions sans effet sur Poutine, assure Guennadi Timtchenko

le
0

MOSCOU, 4 août (Reuters) - Les sanctions occidentales contre la Russie ne vont pas dresser les milieux d'affaires contre Vladimir Poutine et renforceront au contraire le soutien à sa politique vis-à-vis de l'Ukraine, affirme l'oligarque Guennadi Timtchenko, un des premiers proches du président russe à avoir été mis sur liste noire par les Etats-Unis en mars. Les Occidentaux se sont trompés en espérant faire ainsi pression sur l'entourage du chef de l'Etat et modifier sa politique en Ukraine, dit-il dans un entretien publié par l'agence de presse Itar-Tass. "Non, cela peut être exclu", répond-il à la question de savoir si les milieux d'affaires peuvent influencer Poutine. "Vladimir Vladimirovitch (Poutine) ne pense qu'aux intérêts de la Russie. Point barre. Il ne peut y avoir de compromission dans cette affaire. Et il ne nous traversera même pas l'esprit d'en parler", ajoute Guennadi Timtchenko, dont la fortune est estimée à quelque 12 à 16 milliards de dollars (9-12 milliards d'euros). "Il est naïf de penser qu'avec de telles méthodes on nous fera peur ou on nous forcera à reculer", ajoute-t-il. Timtchenko détient d'importantes participations dans le producteur de gaz Novatek NVTK.MM , le groupe minier Kolmar, la banque Bank Rossiya et la compagnie pétrochimique Sibur. Dans l'interview, il précise qu'il n'utilise plus de téléphone portable ou d'ordinateur de peur d'être écouté et il minimise l'importance de sa fortune amassée pendant les années Poutine, se disant prêt à la donner à l'Etat si nécessaire. "Je peux le dire clairement et définitivement: si nécessaire, je donnerai tout à l'Etat demain. Ou à une oeuvre charitable. Pour que cet argent soit utile. Ma femme et moi, nous en avons souvent discuté. Nous n'avons pas besoin de ces milliards personnellement." Timtchenko, qui a récemment cédé sa participation majoritaire dans le trader pétrolier Gunvor, dont il était le cofondateur, a ajouté qu'il n'utilisait plus non plus ses cartes de paiement Mastercard et Visa, ayant opté à la place pour le système de paiement chinois UnionPay. (Dmitri Jdannikov; Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant