Les sanctions envers les crimes contre la biodiversité débattues à l'ONU

le
0
Dévastateur pour la biodiversité, le braconnage génère des bénéfices conséquents.
Dévastateur pour la biodiversité, le braconnage génère des bénéfices conséquents.
L'Assemblée générale des Nations Unies a placé le marché noir d'animaux et le braconnage à l'ordre du jour.

Le chiffre d'affaires du marché noir d'animaux et de leurs produits dérivés est il est vrai estimé à 5 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros) par année. De quoi justifier que le fait que le trafic d'animaux sauvages et d'espèces menacées soit un sujet de discussion primordial lors de l'Assemblée générale des Nations Unies. « Il y a encore des pans entiers de l'activité sans aucune sécurité juridique. Le droit international fait défaut quand il s'agit du pillage des ressources naturelles ou du trafic de la faune », a de son côté constaté le ministre français délégué au Développement Pascal Cafin.
Quant au président du Gabon Ali Bongo, qui a récemment durci la répression contre les braconniers et ordonné symboliquement le brûlage de 4 825 kilos d'ivoire, il a reconnu que le crime organisé portait de plus en plus atteinte à l'environnement et à la biodiversité par le biais du braconnage et de la pêche illégale. Aussi, bien que des efforts aient été entrepris dans certains pays concernés au premier chef, demeure-t-il nécessaire d'avoir l'appui d'une coordination juridique internationale.

La nécessité d'endiguer le phénomène par des mesures supplémentaires de protection de l'environnement
Car, on l'a évoqué à plusieurs reprises dans ces colonnes, les criminels sont de plus en plus organisés et mi
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant