Les sanctions de l'UE contre la Russie entrent en vigueur

le
0

(Actualisé avec précisions, réactions, contexte) BRUXELLES, 12 septembre (Reuters) - Le nouveau train de sanctions européennes à l'encontre de la Russie, jugée responsable d'alimenter le conflit ukrainien, est entré en vigueur vendredi, malgré les réticences de certains Etats membres qui craignent les représailles de Moscou. Les Vingt-Huit se sont toutefois entendus pour laisser la porte ouverte à une annulation intégrale ou partielle de ces mesures dès le mois prochain en cas de progrès du processus de paix dans l'est de l'Ukraine. De nouvelles sanctions américaines doivent également entrer en vigueur dans la journée. "Prendre une telle décision au moment même où le processus de paix gagne en stabilité (...), c'est choisir de perturber ce processus", s'est indigné Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe. La Russie, a-t-il poursuivi, répondra à ces sanctions "calmement, de manière proportionnée, et avant tout pour protéger ses intérêts". Moscou, qui a déjà interdit les importations de produits alimentaires américains et des fruits et légumes européens, pourrait notamment limiter celles de voitures d'occasion, a-t-on appris jeudi de source proche du Kremlin. Le dernier train de sanctions européennes vise des entreprises publiques russes, dont l'accès aux marchés financiers européens est limité, et des responsables politiques russes, dont les avoirs sont gelés et qui ne pourront plus se rendre dans l'UE. ID:nL5N0RC4HK PRÈS DE 120 PERSONNES ET 23 ENTITÉS VISÉES Parmi les personnalités visées figurent Igor Lebedev, vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement, ainsi que le dirigeant nationaliste Vladimir Jirinovski et un certain nombre de responsables séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine. Est aussi sanctionné Sergueï Tchemezov, présenté comme un proche du président Vladimir Poutine depuis son passage en Allemagne de l'Est lorsqu'il travaillait pour le KGB. Sergueï Tchemezov est le président de Rostec, un groupe du secteur militaro-industriel comptant parmi ses filiales le fabricant d'armes Rosoboronexport et une société projetant de construire des centrales électriques en Crimée. Au total, 119 personnes et 23 organisations ou entreprises font désormais l'objet de sanctions européennes. ID:nL5N0RD16J "Je n'avais jamais ressenti auparavant ce niveau de solidarité", s'est félicité le président ukrainien Petro Porochenko, réagissant à l'entrée en vigueur des dernières mesures et au soutien exprimé lors du récent sommet de l'Otan au Pays de Galles. "Je me sens comme un membre à part entière de la famille européenne", a-t-il ajouté. Malgré ce nouveau train de sanctions, l'UE va probablement accorder davantage de temps à la Russie pour s'adapter à l'accord d'association et de libre échange conclu avec Kiev, qui se trouve coeur du conflit, à l'occasion de discussions prévues ce vendredi à Bruxelles. (Adrian Croft; Bertrand Boucey et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant