Les sales déplacements barcelonais

le
0
Les sales déplacements barcelonais
Les sales déplacements barcelonais

De retour à l'Ajax Arena un an après y être tombé, le FC Barcelone se retrouve face à son démon européen : le déplacement. Depuis 2012, la bande à Messi s'est fait une spécialité de prendre l'eau loin du Camp Nou. Et les indicateurs actuels n'annoncent en rien un changement de cap.
Seul un an sépare les deux déplacements du FC Barcelone à l'Amsterdam Arena. L'an dernier, toujours en phase de groupes de la Ligue des champions, les Blaugrana étaient tombés. Une défaite 2-1, grâce à des banderilles de Serero et Hoesen contre une de Xavi, qui allait annoncer un long chemin de croix des Catalans lors de leurs déplacements européens. Depuis, ils enchaînent une série de deux défaites (Atlético de Madrid en quarts de finale de la dernière édition, puis PSG cette saison en poules) pour une victoire, certes probante, sur la pelouse de Manchester City. Un bilan indigne d'un postulant pour soulever ces grandes oreilles. Les explications sont multiples, mais le constat est limpide : en déplacement, les cracks barcelonais ne répondent pas présent, le collectif encore moins. Luis Enrique a beau rabâcher que le Barça "jouera avec son style qu'il tentera de rendre imprévisible", personne dans l'entourage du FCB n'imagine un revirement de situation rapide. Car le mal est profond et les solutions manquent.
Un tiers de victoires depuis 2012
Pour retrouver un bilan positif des Barcelonais sur les pelouses européennes, il faut se lever tôt. Que ce soit cette édition, la précédente, ou encore l'ultérieure, les chiffres sont accablants. L'an dernier, hors de leurs bases, ils n'ont remporté que deux rencontres (sur la pelouse du Celtic et de Manchester City) pour un nul (à San Siro) et deux défaites (à l'Ajax et à l'Atlético de Madrid). En 2012-2013, même topo : les Catalans sont tombés au Celtic Park, à San Siro puis à l'Allianz Arena. Bref, depuis plus de deux ans, le bilan barcelonais à l'extérieur en Ligue des champions est famélique : seulement quatre succès en douze visites, soit un ratio de 33,3 % de victoires. Impossible avec de telles statistiques de remporter la Ligue des champions. Pourtant, les entraîneurs passent, et les recettes restent les mêmes. Symbole de ce Barça qui ne gagne plus, Andoni Zubizarreta, directeur sportif catastrophique, explique que "le style ne se discute pas". Un triste constat à l'heure où le football européen se fatigue du jeu stéréotypé du Mes que auquel il a trouvé la parade.

Les chiffres mis à part, reste le terrain. Encore une fois, pas de secret, les deux aspects sont liés. Dans son sempiternel 4-3-3, le Barça n'effraie plus grand monde. La faille la plus empruntée par ses adversaires est le coup de...



Seul un an sépare les deux déplacements du FC Barcelone à l'Amsterdam Arena. L'an dernier, toujours en phase de groupes de la Ligue des champions, les Blaugrana étaient tombés. Une défaite 2-1, grâce à des banderilles de Serero et Hoesen contre une de Xavi, qui allait annoncer un long chemin de croix des Catalans lors de leurs déplacements européens. Depuis, ils enchaînent une série de deux défaites (Atlético de Madrid en quarts de finale de la dernière édition, puis PSG cette saison en poules) pour une victoire, certes probante, sur la pelouse de Manchester City. Un bilan indigne d'un postulant pour soulever ces grandes oreilles. Les explications sont multiples, mais le constat est limpide : en déplacement, les cracks barcelonais ne répondent pas présent, le collectif encore moins. Luis Enrique a beau rabâcher que le Barça "jouera avec son style qu'il tentera de rendre imprévisible", personne dans l'entourage du FCB n'imagine un revirement de situation rapide. Car le mal est profond et les solutions manquent.
Un tiers de victoires depuis 2012
Pour retrouver un bilan positif des Barcelonais sur les pelouses européennes, il faut se lever tôt. Que ce soit cette édition, la précédente, ou encore l'ultérieure, les chiffres sont accablants. L'an dernier, hors de leurs bases, ils n'ont remporté que deux rencontres (sur la pelouse du Celtic et de Manchester City) pour un nul (à San Siro) et deux défaites (à l'Ajax et à l'Atlético de Madrid). En 2012-2013, même topo : les Catalans sont tombés au Celtic Park, à San Siro puis à l'Allianz Arena. Bref, depuis plus de deux ans, le bilan barcelonais à l'extérieur en Ligue des champions est famélique : seulement quatre succès en douze visites, soit un ratio de 33,3 % de victoires. Impossible avec de telles statistiques de remporter la Ligue des champions. Pourtant, les entraîneurs passent, et les recettes restent les mêmes. Symbole de ce Barça qui ne gagne plus, Andoni Zubizarreta, directeur sportif catastrophique, explique que "le style ne se discute pas". Un triste constat à l'heure où le football européen se fatigue du jeu stéréotypé du Mes que auquel il a trouvé la parade.

Les chiffres mis à part, reste le terrain. Encore une fois, pas de secret, les deux aspects sont liés. Dans son sempiternel 4-3-3, le Barça n'effraie plus grand monde. La faille la plus empruntée par ses adversaires est le coup de...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant