Les salariés Européens ; les plus heureux au travail ?

le
0

C’est une question centrale de notre quotidien : sommes-nous heureux au travail ? La réponse est fortement subjective et dépend de critères personnels, comme l’importance donnée au travail et le choix de carrière. Mais les facteurs objectifs et collectifs sont aussi importants, tels que l’ambiance au travail, la hiérarchie ou les contraintes. Diverses enquêtes ont été menées auprès des salariés, desquelles on peut déduire quelques pistes pour trouver le bonheur au travail.

Les salariés européens : les plus heureux au travail?
Les salariés européens : les plus heureux au travail?

Les Néerlandais sont les Européens les plus heureux au travail

D’après un sondage Edenred-Ipsos, réalisé en janvier 2015 auprès de 13 600 salariés de 14 pays, 38% des Européens se disent « souvent » heureux au travail, 52% le sont « de temps en temps » et 8% ne le sont « jamais ».
Parmi eux, les Néerlandais se distinguent avec 63% d’entre eux qui se disent heureux au travail, contre 49% en Belgique, 46% en Allemagne et 41% en France. La France reste proche de la moyenne, et loin derrière, on trouve la Pologne, où 22% des salariés trouvent le bonheur au travail et la Grande-Bretagne avec 32%, tout juste devant la Roumanie (31%).

Qu’est-ce qui fait le bonheur au travail ?

L’argent ne semble pas être un critère essentiel puisque les salaires néerlandais sont moins élevés qu’en Allemagne ou en Angleterre. Le rythme de travail ne paraît pas plus influer sur le moral des salariés, car selon les données de la Commission européenne, les Néerlandais auraient produit en 2011 70,5 milliers d'euros de PIB par salarié, contre 64,2 en moyenne pour la zone euro, et 74,1 pour les Français, bons élèves malgré les 35 heures. D’ailleurs du point de vue du temps de travail hebdomadaire, des données de l’institut Coe-Rexecode ont montré que les Néerlandais, adeptes du travail à temps partiel, travailleraient en moyenne 30 heures par semaine. Plus de temps consacré aux activités personnelles et à la famille, serait-ce la clé du bonheur ? Pas uniquement, car une étude Steelcase, réalisée dans 17 pays du monde, a montré que les Indiens étaient les salariés les plus heureux, et les Français les plus malheureux. La croissance constante observée en Inde pourrait être la source d’un sentiment de confiance en l’avenir chez les jeunes actifs.

Trouver son propre bonheur au travail

En dehors des facteurs sur lesquels nous n’avons pas de prise (supérieur tyrannique, pression des chiffres, horaires de nuit…), il existe des pistes pour mieux s’épanouir au travail. Voici quelques exemples :
- Le « job crafting » : c’est la tendance de certains salariés à modifier leurs missions, la manière de les réaliser, leurs relations avec les collègues et les supérieurs, ou à visualiser leurs tâches de façon positive. Cela afin, non pas de trouver l’emploi de leur rêve, mais d‘améliorer celui qu’ils ont déjà.
- Prendre la parole et faire des propositions : selon un reportage Arte intitulé « Le bonheur au travail », 31% des salariés sont « activement désengagés » et ont une vision négative de leur entreprise. Parfois ils s’appliqueraient même à lui nuire. S’impliquer dans l’entreprise et s’y sentir bien seraient donc lié.
- Se réconcilier avec ses collègues de travail, créer une ambiance chaleureuse et amicale, où l’entraide et la communication prévalent.
- Considérer sa carrière comme une accumulation d’apprentissages et de compétences nouvelles, à tous les niveaux de qualification et de hiérarchie.

Trucs et astuces

Télétravail, temps partiel, formation continue, engagement dans d’autres formes d’activité… Quelles sont vos ressources personnelles pour rester motivé au travail ?
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant