Les salariés détachés, nouvelle "mode" des universités d'été ?

le
0
Le patron du Medef, Pierre Gattaz, à l'université de l'organisation patronale.
Le patron du Medef, Pierre Gattaz, à l'université de l'organisation patronale.

À chaque université d'été, sa nationalité de salariés détachés ? C'est la question qu'on peut se poser, car, après le Parti socialiste, c'est le Medef qui fait appel à une main-d'oeuvre étrangère, supposée moins chère. Selon Le Parisien, l'organisation patronale aurait en effet fait appel à des travailleurs venus, cette fois-ci, du Portugal pour monter les chapiteaux où se sont tenus les meetings de l'université d'été.

Mais le Medef n'est pas le seul à utiliser des travailleurs qualifiés de « low cost ». Il y a deux jours, une dizaine de travailleurs de nationalité roumaine devaient être employés par le PS pour son université d'été. Les employés étaient censés participer à la mise en place du mobilier et au nettoyage des lieux, mais, face aux réactions indignées, le parti avait exigé la rupture du contrat les employant.

Une pratique légale

Selon les estimations du Parisien, le contrat, passé avec la société Irmarfer - sous-traitant de l'agence Creative Spirit -, pourrait s'élever à 200 000 euros. La société a par ailleurs annoncé qu'elle avait déjà collaboré avec le Medef pour le même événement, en 2014. Une pratique légale, car le détachement de travailleurs est autorisé par la réglementation européenne.

Pour le Medef, qui affiche son ambition de créer un million d'emplois en France, cette révélation tombe mal. L'organisation patronale se défend en assurant avoir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant