Les salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois en grève

le
1
GRÈVE À L'USINE PSA D'AULNAY-SOUS-BOIS
GRÈVE À L'USINE PSA D'AULNAY-SOUS-BOIS

PARIS (Reuters) - Quelque 300 salariés de l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont débrayé mercredi pour protester contre les mesures d'accompagnement du plan social proposées par la direction, a-t-on appris de source syndicale.

Ce mouvement de grève survient à la veille de la reprise des négociations entre les syndicats et la direction du groupe automobile français qui a annoncé cet été la fermeture pour 2014 de son usine d'Aulnay-sous-Bois.

"L'usine est paralysée, l'usine est occupée, toutes les chaînes de production sont à l'arrêt", a indiqué à Reuters Jean-Pierre Mercier, délégué CGT. "Nous exigeons de la direction qu'elle reprenne les négociations à zéro et qu'elle prenne en compte l'ensemble des revendications qui ont été signées par 1.600 salariés, à savoir un CDI pour tous et une pré-retraite dès l'âge de 55 ans."

"Nous n'attendons rien de la réunion (de jeudi), il faut que la direction reprenne tout à zéro", a-t-il ajouté.

Jointe par Reuters, la direction confirme un débrayage mercredi matin avec un pic de 200 salariés en grève mais fait également état d'un fort absentéisme en raison de l'inquiétude des salariés face au plan social.

L'usine d'Aulnay emploie 3.000 personnes environ. Le constructeur a promis de reclasser la moitié des salariés sur le site de Poissy (Yvelines) et de proposer des postes dans le bassin d'emploi de la région aux 1.500 autres.

Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7395867 le mercredi 16 jan 2013 à 12:55

    Cette radicalisation du leader CGT qui veut qu'on parle de lui depuis qu'il a été dépassé par le leader CFDT de Florange va mener à la fermeture d'Aulnay plus tôt que prévu. Ce ne sera pas la première fois que la CGT sera nocive pour l'ensemble du personnel d'une entité de production