Les salariés de Goodyear manifestent à Amiens

le
20
Les salariés de Goodyear manifestent à Amiens
Les salariés de Goodyear manifestent à Amiens

«Nos familles ont le droit de vivre dignement». «Détruire un emploi, c'est détruire une famille». «Bad Year» (mauvaise année). Banderoles et pancartes étaient graves ce samedi après-midi devant la mairie d'Amiens (Picardie). Quelque 500 ouvriers de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord ont manifesté, accompagnés de leurs familles, pour obtenir «des primes de licenciement dignes».

«Rien qu'au regard du nombre de personnes qu'il y a, on s'aperçoit du dégât que Goodyear va causer», a souligné Mickaël Wamen, secrétaire de la CGT, syndicat largement majoritaire à l'usine d'Amiens-Nord. Le fabricant de pneumatiques avait annoncé le 31 janvier 2013 la fermeture de cette usine.

Depuis mi-novembre, la CGT, engagé dans un bras de fer avec la direction depuis 7 ans, a décidé d'occuper le dépôt renfermant quelque 241 000 pneus, afin de maintenir la pression. Le but : négocier au mieux les primes de licenciement des 1 173 salariés. La CGT et le CHSCT ont sans succès multiplié ces derniers mois les procédures judiciaires pour faire annuler la fermeture de l'usine, en vain. Deux des dirigeants du site ont également été brièvement séquestrés, début janvier.

«Notre premier objectif, c'est de gagner du temps»

«On va vendre notre peau du mieux que l'on peut, a précisé Mickaël Wamen. Notre premier objectif, c'est de gagner du temps. Ensuite il y aura l'aspect financier». Lors du rassemblement devant la municipalité, des enfants arboraient des t-shirts rouges : «Non aux licenciements. Plan anti-social».

«Toute la famille va souffrir. Nos trois filles comprennent très bien que leur père va perdre son emploi. Il va falloir restreindre sur tout, on commence déjà», justifiait Orlane, femme d'un salarié travaillant à Goodyear depuis vingt-cinq ans. «Les activités de nos deux petites filles vont être réduites : la piscine en moins et j'en passe. On a une maison à payer, on est propriétaire depuis un an et demi. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5135837 le dimanche 19 jan 2014 à 15:45

    Voilà à quoi mène le dialogue sociale à la mode CGT! Toujours plus sans se soucier de rentabilité (à ne pas confondre avec un profit qui n'est pas ramené en comparaison des capitaux engagés. Que vaut-il mieux, ne faire aucune concession sur les heures travaillés et le coût du travail et perdre son emploi ou accepter ces concessions et le garder? En Sept ans ces salariés savent à quoi s'en tenir pour chercher un autre emploi!

  • Alananas le dimanche 19 jan 2014 à 13:13

    C'est tellement bien la CGT ! Regardez Seafrance, un modèle de gestion. La Sncf, tellement gangrenée par les grèves que les entreprises préfèrent encore le transport par voie fluviale que par le rail. Et la SNCM, c'est pas formidable! J'en oublie sûrement. Les grands magasins ne peuvent pas ouvrir après 22 heure à Paris, c'est pas grave les touristes vont à Londres. Et ces gens là nous insultent! Pitoyable.

  • imagine7 le dimanche 19 jan 2014 à 12:47

    Qu'ils continuent ; ils n'ont plus rien a perdre quand à Mr Taylor il va reprendre des ouvriers qui seront payés au SMIC alors celui qui avait 2000€ par mois n'a plus que ses yeux pour pleurer

  • mucius le dimanche 19 jan 2014 à 12:13

    Il est plus que temps de réduire cette poche d'improductivité et de gâchis. Point barre. Maurice Taylor leur amènera peut-être un peu de fric si les cégétistes sont aimables et gentils avec lui et s'ils se mettent enfin au travail selon les critères de Maurice. Sinon rien. Le capitalisme c'est génial : ça permet de rendre polis les plus grossiers.

  • doullens le dimanche 19 jan 2014 à 12:00

    allez mauvais dimanche les fachos !!!!!!!!!!!!

  • doullens le dimanche 19 jan 2014 à 11:59

    @ neutro il y a 16 minutesdans peu de temps on risque dans entendre parlé de dunlop et pas dans le bon sens !

  • doullens le dimanche 19 jan 2014 à 11:55

    je me demande a quoi sa serre de discuter avec des fachos ils n'ont rien dans leur cervelle de moineaux et sur bourso c'est pas se qui manque ! bande de kons .

  • neutro le dimanche 19 jan 2014 à 11:39

    Pourquoi ne vont-ils pas du côté d´Amiens Sud pour voir comment ils font?

  • xuoraf le dimanche 19 jan 2014 à 10:05

    Bon courage au repreneur. Les syndicats font tout pour l'en dégouter. Ils s'auto-détruisent, comme ils détruisent le peu d'industries qui restent encore chez nous.

  • luc00115 le dimanche 19 jan 2014 à 09:29

    Doullens veuillez prendre la peine de vous servir d'un dictionnaire pour écrire. Vos textes sont à peine compréhensibles tellement qu'ils sont truffés de fautes d'orthographe.