Les salariés de Doux fixés sur leur sort cette semaine

le
0
Les offres de reprise du pôle frais du volailler en faillite seront communiquées lundi aux salariés. Le tribunal de commerce de Quimper doit les examiner à partir de mercredi. Décision en fin de semaine, au plus tôt.

Semaine cruciale pour les 1700 salariés du pôle frais du géant volailler Doux. Les représentants syndicaux doivent recevoir lundi les offres de reprise partielle déposées début août.

Les groupes Duc, Glon Sanders (filiale de Sofiproteol) associé à Duc, Axereal, LDC et Tallec ont déposé des offres séparées de reprise partielle portant sur les sites de Clémont (Cher), Sérent (Morbihan), Laval (Mayenne), Boynes (Loiret) et Amilly (Loiret). Mais finalement la société Tallec, un des trois repreneurs pour le site de Sérent (159 salariés), a jeté l'éponge vendredi, devant l'impossibilité d'obtenir l'autorisation d'utiliser la marque «Père Dodu». Un autre candidat, Roger Houzel, qui avait avancé l'idée d'une sixième offre à capitaux iraniens pour l'abattoir de Graincourt (Pas-de-Calais, 254 emplois), a aussi abandonné les discussions. Le sort de l'abattoir de Blancafort dans le Cher (244 emplois) reste lui très incertain, en l'absence d'offre de reprise formelle

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant