Les salariés de Cofinoga en grève contre un plan social

le
0

MERIGNAC, Gironde (Reuters) - Presque tous les salariés de la société de crédits à la consommation Laser Cofinoga à Mérignac se sont mis en grève lundi contre un plan social annoncé de 433 suppressions d'emplois dont 397 en Gironde, a-t-on appris de source syndicale.

Depuis l'annonce du plan social le 13 février dernier, les salariés ne décolèrent pas et réclament des mesures d'accompagnement plus importantes, refusant tout départ contraint.

Lundi matin, 98% des 2.000 salariés de Mérignac (Gironde), suivis par plus de 90% des salariés de Paris, se sont mis en grève.

Plus d'un millier d'entre eux ont occupé les parkings de l'entreprise. En fin de matinée, ils ont voté la reconduction de la grève de 24 heures, jusqu'à la prochaine assemblée générale, prévue mardi en fin de matinée.

Les salariés grévistes et des élus politiques locaux doivent organiser mardi une marche de protestation autour de l'entreprise.

"Notre action se déroule alors que mardi après-midi a lieu un conseil d'administration de Laser Cofinoga à Paris et que deux délégués syndicaux de l'entreprise y interpelleront les actionnaires sur nos revendications", a dit à Reuters Lionel Azoughali, porte-parole de l'intersyndicale.

Face à la situation sociale tendue dans une entreprise encore florissante il y a peu, les salariés refusent tout licenciement et demandent que l'entreprise "mette des moyens incitatifs pour les départs volontaires", dit le syndicaliste.

"La proposition qui a été faite est insuffisante, estime-t-il.

"Nous demandons aussi que l'entreprise fasse des propositions de postes de reclassement sécurisés et dignes chez nos deux actionnaires, notamment BNP Paribas dont les métiers correspondent aux nôtres, mais aussi Galeries Lafayette qui peut aussi embaucher dans le secteur administratif et informatique. Enfin, nous voulons un projet de réindustrialisation du site de Mérignac afin de le pérenniser", ajoute Lionel Azoughali.

Les salariés attendent qu'une première réunion de négociation soit programmée. L'annonce d'une date pour cette négociation pourrait contribuer à mettre fin au mouvement de grève.

Claude Canellas, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant