Les salariés de Bouygues Telecom fixés sur leur sort mercredi

le
0
Les salariés de Bouygues Telecom fixés sur leur sort mercredi
Les salariés de Bouygues Telecom fixés sur leur sort mercredi

Bouygues Telecom, fragilisé par l'échec de son mariage avec SFR, doit dévoiler mercredi sa nouvelle stratégie pour se relancer, qui pourrait s'accompagner d'au moins 1.000 suppressions de postes sur 9.000, selon les syndicats de l'opérateur.Après la décisions de SFR de fusionner avec Numericable, Bouygues a lancé le 15 mai un projet de refonte de sa filiale télécoms avec notamment un nouvel objectif d'économies de 300 millions d'euros par an, à partir de 2016. Un comité central d'entreprise se réunira mercredi après-midi au siège à Issy-les-Moulineaux, près de Paris.La nouvelle stratégie "est très attendue par les salariés et par les concurrents aussi", a assuré à l'AFP Bernard Allain, délégué central FO, qui s'attend à une "stratégie très, très agressive qui va (entraîner) forcément une refonte importante"."Nous n'avons pas encore le nombre des suppressions de postes, mais on s'attend tous à un chiffre autour de 1.000", a affirmé le syndicaliste qui estime que les 1.500 à 2.000 réductions de postes évoquées par la presse sont "des rumeurs".Azzam Ahdab, délégué central CFDT, estime de son côté qu'il y aura bien entre 1.500 à 2.000 suppressions de postes et relève "une incompréhension totale des salariés" de la stratégie de l'opérateur.Il rappelle qu'il y a "deux mois le groupe a mis sur la table plusieurs milliards d'euros pour racheter SFR", la filiale télécoms de Vivendi et estime qu'avec "ces moyens-là, on pourrait faire autre chose"."On n'a jamais renoué avec la croissance en faisant seulement des économies. Pour faire croître le chiffre d'affaires, il faut des investissements et des emplois. Si on réduit les deux, on se rétrécit, on s'enferme et on va dans une spirale négative", déplore le syndicaliste.Il rappelle également que plus de 500 postes ont été supprimés en 2012 et en 2013, via un plan de départ volontaire, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant