Les salariés d'Ecomouv' et les douaniers dans le flou

le
1
La suspension l'écotaxe plonge dans l'incertitude les 200 employés de l'entreprise ainsi que les douaniers chargés de les épauler dans la gestion de cette taxe.

Pour l'instant, tout va bien. C'est le message que tente de faire passer Michel Cornil, le vice-président d'Ecomouv', la société chargée de la gestion de l'écotaxe. Malgré la suspension sine die de la mesure, censée entrer en vigueur le 1er janvier prochain, les 200 salariés de l'entreprise basée à Metz ont encore du travail. «Pour l'instant nos salariés étaient principalement employés au centre d'appel pour préparer l'enregistrement des véhicules. Ces opérations ne sont pas arrêtées, nous avons encore un flux de demandes pour se procurer les boîtiers», a-t-il indiqué.

Sur l'ancienne base militaire où ils sont installés, ces employés sont encore formés pour «parfaire le système, rôder nos procédures», a poursuivi Michel Cornil, qui garde l'espoir que l'écotaxe ne soit pas supprimée.

Toutef...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yt75 le jeudi 31 oct 2013 à 12:08

    Qualifier en permanence ces taxes d’"écologiques", n'est certainement pas la meilleure manière de communiquer l'étendue et urgence du problème ... :http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique(c'est à dire le fait que même si l'on préfère la valse des étiquettes financières, la crise est surtout un monstrueux choc pétrolier qui ne fait hélas que commencer).