Les salariés bloquent le site ArcelorMittal de Florange

le
15
DES SALARIÉS D'ARCELORMITTAL BLOQUENT LE SITE DE FLORANGE
DES SALARIÉS D'ARCELORMITTAL BLOQUENT LE SITE DE FLORANGE

FLORANGE, Moselle (Reuters) - Les salariés d'ArcelorMittal à Florange ont commencé jeudi à bloquer la sortie des expéditions de produits, peu avant la réunion d'un comité d'entreprise qui a officialisé la prolongation de l'arrêt des deux hauts-fourneaux du site.

Quelque 150 personnes participaient à cette action décidée par l'intersyndicale CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, a constaté Reuters.

"Vu que la direction ne veut rien entendre, nous avons décidé de taper au portefeuille", a dit à Reuters Frédéric Weber, représentant de la CFDT.

"On bloque les expéditions clients jusqu'à nouvel ordre", a-t-il ajouté.

Quelque 200 camions sortent chaque jour de l'usine mosellane, selon lui, chargés pour la plupart de bobines d'acier destinées à l'automobile, l'activité packaging (emballage) tournant au ralenti depuis plusieurs mois.

Lors du comité central d'entreprise, qui se déroulait au siège français du groupe, à La Plaine-Saint-Denis, en région parisienne, la direction d'ArcelorMittal a confirmé le maintien à l'arrêt des deux hauts fourneaux au deuxième trimestre.

"Cette décision est pleinement justifiée par le contexte économique et industriel actuel en Europe", a plaidé Hervé Bourrier, PDG d'ArcelorMittal France, dans un communiqué.

"ArcelorMittal agit en industriel responsable. Il ne peut en aucun cas produire de l'acier qu'il ne pourra pas vendre", ajoute-t-il.

Aucun licenciement n'est prévu, dit le PDG d'ArcelorMittal France. L'arrêt temporaire concerne 500 salariés pour lesquels un dispositif d'indemnisation et d'accompagnement a été mis en place, ajoute-t-il.

LA MATIÈRE PREMIÈRE MANQUE

Un redémarrage de la filière liquide à Florange reste conditionné à une reprise de l'activité.

"Pourtant, on manque de matière première", a réagi Yves Fabbri, secrétaire de la CGT à Florange, en apprenant durant la réunion que 60.000 tonnes de brames d'acier brut produites en Russie viendraient alimenter au deuxième trimestre les usines de Brême (Allemagne) et de Gand (Belgique) qui appartiennent à la même division que Florange.

Les syndicats ont obtenu l'interruption de la séance à 13 heures et sa reprise le 2 mars en présence du patron de la Building Division nord d'ArcelorMittal, Geert van Poelvoorde.

"Au moins, on aura une discussion un peu plus sérieuse", a ajouté Yves Fabbri.

Les syndicats sont décidés, dans l'intervalle, à poursuivre les actions lancées depuis lundi, en commençant par l'occupation des bureaux de la direction à Florange, pour obtenir d'ArcelorMittal un engagement à redémarrer les hauts fourneaux.

L'un est éteint depuis juillet dernier, l'autre depuis le mois d'octobre.

La prolongation de leur mise à l'arrêt au deuxième trimestre, ajoutée aux difficultés actuelles du packaging, se traduira par des mesures de chômage partiel pour la moitié des 5.000 salariés, dont 2.000 intérimaires et sous-traitants.

Les syndicats, qui craignent un arrêt définitif de la filière liquide en Lorraine, souhaitent également interpeller les politiques à quelques semaines de l'élection présidentielle.

"On fera tout pour que Florange rouvre", a dit Nicolas Sarkozy, mardi, lors d'un déplacement en Charente-Maritime.

Les syndicats ont accueilli ces propos avec scepticisme et réclamé des engagements concrets.

Ils n'ont pas oublié l'engagement du président de la République, le 4 avril 2008, à faire "tout son possible" pour empêcher la fermeture d'une partie des installations de l'usine de Gandrange, un site d'ArcelorMittal voisin où travaillaient 1.100 personnes.

Les équipements concernés, dont une aciérie avaient pourtant fermé, entraînant avec eux la disparition de 575 emploi.

Vincent Kessler, avec Gilbert Reilhac, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 90342016 le jeudi 23 fév 2012 à 16:43

    sarko a vendu la france a c est copains

  • M6486201 le jeudi 23 fév 2012 à 16:25

    les syndicats ne pensent qu'à tuer des entreprises et tout cela pour vendre des cartes.HONTEUX

  • M1625665 le jeudi 23 fév 2012 à 16:17

    M3101717 et orange 37 toujours prompts à déverser leur fiel ne disent rien sur le forum concernant la corruption de Hollande

  • M1625665 le jeudi 23 fév 2012 à 16:10

    Sarko est peut être un pitre Mais PORCINET BOUTONNEUX est un nul qui n' a jamais rien fait de bon dans sa vie il a tout raté même son couple

  • M1625665 le jeudi 23 fév 2012 à 16:09

    Avec cela le père Mittal va certainement fermer le site il préférera aller dans un pays où la main d’œuvre est moins revendicative.Cela fera encore un cadavre du aux syndicats et ils diront que c'est Sarko qui a tué les emplois.PAUVRE FRANCE

  • M3101717 le jeudi 23 fév 2012 à 15:09

    Un temps, j'ai cru qu'ils nous ressortirait JUPE, c'eût été moins pire ;-)

  • Orange37 le jeudi 23 fév 2012 à 14:41

    @M6486201 : pour vous, un homme politique responsable c'est un politique qui fait des promesses, intéressant comme sujet. Le problème de M. Sarkozy c'est qu'il n'a aucune vision, c'est toujours de l'improvisation. La politique de Nicolas Sarkozy dès 2007 a conduit à amplifier les déficits. Analyse du candidat Sarkozy, moi je ne suis pour rien, c'est la crise. Ben voyons. Il aurait été préférable que la droite propose un candidat crédible pour 2012 plutôt que ce pitre.

  • papymujo le jeudi 23 fév 2012 à 14:37

    Le blocage des expéditions clients est une fausse bonne idée. Dans ce genre de situation le soutient client est quelques fois essentiel.

  • baljo le jeudi 23 fév 2012 à 14:35

    Sarko peu promettre si peu de gens y croient.

  • M6486201 le jeudi 23 fév 2012 à 11:33

    Hollande n'a jamais rien promis il n'a jamais eu de resposabilités