Les salafistes tunisiens imposent leur ordre moral

le
1
Mus par un sentiment d'impunité, les islamistes radicaux ont perturbé plusieurs manifestations culturelles.

Ils ne sont pas les plus nombreux de la mouvance islamiste mais leurs agissements les rendent très vi­sibles. Les salafistes tunisiens ont choisi l'action pour imposer leur ordre moral. Trois soirs d'affilée, ils ont, par l'intimidation ou la force, fait annuler ou interrompu des manifestations publiques dans trois villes différentes de Tunisie.

Mardi dernier, à Menzel-Bourguiba (Nord), le comique Lotfi Abdelli a préféré ne pas présenter son one-man-show, «100 % Halal»,après une scène digne d'un spectacle humoristique. Dans la journée, plusieurs de ces supposés salafistes sont venus déplier leur tapis et s'adonner à la prière dans la salle où il devait se produire. Le comique a préféré renoncer.

Le lendemain, à Kairouan (Est), c'est le chanteur tunisien Lotfi Bouchnak qui a fait les frais de l'activisme salafiste. Au dernier soir d'un festival de musique soufie, le chanteur doit être accompagné de musiciens iraniens. Donc chiites. Et le chiisme ne fait pas bon

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pasfacil le lundi 20 aout 2012 à 07:53

    ils les ont voté qu'ils se débrouillent maintenant et c'est pas fini d'autres pays vont suivre avec cette religion de m...