Les salafistes tissent leur toile

le
0
Ces partisans d'un islam ultrarigoriste aspirent à conquérir le pouvoir, mais refusent de lâcher du lest.

Du Caire à Tunis en passant par la Syrie, c'est l'arme favorite des salafistes: la prédication (da'wa). «Nous cherchons à ouvrir des bureaux de prédication dans tous les villages, afin que les Syriens retrouvent leur attachement à l'islam, après quarante ans de doctrine laïque baasiste», explique un militant salafiste joint au téléphone près d'Idlib. «Comme sous le communisme avec le Che, chaque combattant salafiste anti-Bachar se doit d'être aussi un propagateur de la foi», ajoute cet activiste, qui se félicite de voir les librairies de sa région de nouveau approvisionnées en livres d'Ibn Taymiya, le grand prêcheur salafiste du XIIIe siècle, interdit par le parti Baas.

Les révoltes arabes ont fait apparaître sur le devant de la scène ce courant de pensée qui prône un retour aux sources de l'islam, en réaction à la sécularisation des sociétés arabes et au modernisme occidental. En Égypte, à la surprise générale, le parti salafiste Nour (lumière) a rem

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant