Les Sages déboutent Marine Le Pen

le
0
Le Conseil constitutionnel a jugé que rendre publics les parrainages était conforme à la Constitution

Le Conseil constitutionnel n'a pas offert à Marine Le Pen une planche de salut. Il a rejeté, mardi après-midi, la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par la candidate du Front national, qui réclamait à cor et à cri que l'identité des 500 «parrains» nécessaires pour briguer l'Élysée demeure secrète.

Le Conseil constitutionnel, présidé par Jean-Louis Debré, a considéré que «la présentation de candidats par les citoyens élus habilités ne saurait être assimilée» à un vote. Les Sages ont donc écarté l'argument de Marine Le Pen, qui invoquait l'égalité et le secret du suffrage pour réclamer l'anonymat des signataires.

«Une inégalité entre les candidats»

C'est en 1976 qu'une loi organique a relevé de 100 à 500 le nombre de signatures d'élus requises pour se présenter à la présidentielle. Le Parlement a également prévu, à l'époque, de rendre publique l'identité des signataires. Or, a poursuivi le Conseil constitutionnel, «en instaur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant