Les sables bitumineux, un eldorado pour le Canada ?

le
0

Commodesk - Le Conférence Board du Canada est très optimiste quant à l'impact de l'extraction des sables bitumineux pour l'économie du pays. Dans son étude publiée cette semaine, le think tank estime que cette industrie créera plusieurs dizaines de milliers d'emplois au cours des 25 prochaines années.

Les 364 milliards de dollars canadiens qui devraient être investis pour développer ces ressources non conventionnelles pourraient générer plus de 50.000 emplois dans les secteurs de la construction, des services pétroliers, de la transformation ou encore du transport.

Les gains seront inégalement répartis au sein du Canada, puisque l'Alberta, du fait de l'importance de ses réserves, en capterait les deux tiers, devant l'Ontario et la Colombie-Britannique.

Les sables bitumineux devraient également être une source de revenu pour l'Etat canadien et les provinces concernées, qui empocheraient respectivement 35 et 26,5 milliards d'euros entre 2012 et 2035, selon l'étude.

L'extraction des sables bitumineux est cependant régulièrement critiquée par les associations écologiques. Ces dernières reprochent aux industriels et aux décideurs de ne pas prendre en considération tous les coûts dans leurs évaluations économiques. L'extraction de ces ressources nécessite en effet une grande consommation d'eau et d'énergie, notamment du gaz. Il faudrait également prendre en compte le surcoût lié à la détérioration de la qualité de l'air et des nappes phréatiques.

Dans l'un de ses rapports, Greenpeace estime que dès 2020, l'industrie des sables bitumineux, émettra autant de gaz à effet de serre que des pays comme l'Autriche, le Portugal, l'Irlande ou le Danemark. Deux pays disposent de la quasi totalité des réserves mondiales de sables bitumineux, le Venezuela et le Canada.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant