Les Russes absents à Rio ?

le
0

Suite à la révélation de nouveaux cas de dopage lors d’analyses d’échantillons des JO de 2008 et 2012, les haltérophiles russes pourraient être exclus de la prochaine olympiade à Rio.

Les haltérophiles russes pourraient ne pas participer aux prochains Jeux Olympiques de Rio. C’est ce qu’a annoncé la Fédération internationale d’haltérophilie ce mercredi après la révélation de nouveaux cas de dopage lors des JO 2008 et 2012. Comme la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan sont aussi suspendus pour un an par la Fédération. Au moins trois athlètes de chaque pays ont été contrôlés positifs à Londres et à Pékin après une nouvelle vague d’analyses d’échantillons. Cette décision doit toutefois être avalisée par le Comité International Olympique concernant une éventuelle participation des haltérophiles de ces trois pays aux prochains Jeux de Rio.   Aujourd’hui Laëtitia Payet est rédactrice en chef de Sport365 : « Le dopage, je ne comprends pas. Aujourd’hui, je ne connais pas trop les produits mais on se demande vraiment s’ils prennent des produits qui leur servent dans leur sport… Quand on est athlète, je pense qu’on représente toute une nation, on a des valeurs et on représente des exemples pour la nation. Et je trouve ça inadmissible de prendre des produits et de se faire contrôler positif. En France, on est soumis à des contraintes de folie avec l’AFLD, l’Agence de Lutte contre le Dopage. Et aujourd’hui, on a l’impression qu’on est vraiment soumis à plus de contraintes, contrairement à d’autres pays où ils sont peut-être plus souples, où ils sont peut-être protégés par un gouvernement, voire même les entraîneurs. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut soutenir un système de dopage, même en tant qu’entraîneur. Pour moi, c’est de la tricherie et c’est à l’encontre du code moral du sport. Nous, dans le judo, on est vachement suivis. A chaque fois qu’on prend un petit médicament, on a peur d’avoir pris quelque chose. On doit appeler le médecin à chaque fois. Dans le judo, on a eu le même problème car il y a eu quatre Russes contrôlés positifs au même produit que Maria Sharapova, le meldonium. Et on les a laissés combattre sur le Championnat d’Europe. Alors qu’il y avait des filles mieux classées à quelques mois des Jeux. Je trouve ça bizarre. En Russie, la politique est vraiment différente, donc on ne peut pas revenir dessus. Mais avec tous les cas qu’il y a eu, je ne comprends pas qu’on ne les enlève pas complètement des Jeux Olympiques. Il y a certains cas dont on a parlé plus que d’autres. Mais il y en a eu dans l’athlétisme, quatre en judo au meldonium et ça fait quand même beaucoup. Je trouve inadmissible que la Russie puisse concourir aux JO. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant