Les rugbymen anglais n'échappent pas aussi aux blessures

le , mis à jour à 10:14
0
Les rugbymen anglais n'échappent pas aussi aux blessures
Les rugbymen anglais n'échappent pas aussi aux blessures

Fitzpatrick a dû se résoudre à raccrocher ses crampons ce jeudi. Les tests passés ont révélé qu'il était préférable de stopper sa carrière de rugbyman. Il n'y a donc pas que sur les terrains de rugby français que les blessures se multiplient. L'Angleterre en est également victime.

Le nombre de commotions cérébrales en match sur les pelouses anglaises a augmenté de 59% entre la saison 2012-2013 et 2013-2014, selon une étude indépendante de l'Université de Bath publiée en février dernier et portant sur les rencontres des 12 clubs de première division anglaise.

86 commotions en 2013-2014

Les chiffres ont de quoi inquiéter... D'après un rapport annuel commandé par la première division anglaise (Premiership) et la Fédération (RFU) en partenariat avec le syndicat des joueurs (RPA), 86 commotions ont été détectées lors des matches de la saison passée, contre 54 en 2012-13. Il faut ajouter huit commotions subies à l'entraînement contre cinq lors de l'exercice précédent.

« Les commotions sont pour la troisième saison d'affilée la première cause de blessure en match de championnat, soit 12,5% du total», a indiqué le rapport. Au total, 13% des joueurs ont subi au moins une commotion cérébrale durant l'année, contre 10% la saison précédente. Selon les chercheurs, cette hausse doit toutefois être fortement nuancée par les efforts importants entrepris en matière de recensement des commotions. Moins recherchée auparavant, les commotions étaient donc moins repérées.

Un pic historique de blessures à l'entraînement

L'étude, destinée à analyser tous les types de blessure, a pris en compte l'intégralité des matches de championnat d'Angleterre mais aussi ceux de Coupes d'Europe et de Coupe anglo-galloise impliquant des clubs anglais. Il en ressort que le nombre total de blessures en match a augmenté d'une année à l'autre (739 contre 588) et se trouve dans la fourchette haute depuis le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant