Les rues de Port-au-Prince s'enflamment pour Sweet Micky

le
0
REPORTAGE - Le chanteur Michel Martelly écarté du second tour de la présidentielle, ses jeunes supporters paralysent la capitale et une bonne partie du pays.

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, et une bonne partie du pays sont paralysées par de violentes émeutes qui ont fait au moins deux morts depuis l'annonce des résultats préliminaires de l'élection présidentielle. Mercredi, l'aéroport de Port-au-Prince était fermé. Les rues étaient désertes, les Haïtiens n'osant pas circuler, dissuadés par les coups de feu qui ont rythmé la nuit et les carcasses de voitures qui fumaient encore.

Des milliers de protestataires venant des quatre coins de la capitale ont remonté la ville jusqu'au Conseil électoral provisoire (CEP), pour protester contre les résultats qui placent Mirlande Manigat et Jude Célestin, le candidat du parti au pouvoir, au second tour du scrutin. La plupart d'entre eux étaient des partisans du musicien Michel Martelly, dit Sweet Micky, arrivé en troisième position, à 0,64 % du deuxième candidat. Ils ont mis le feu à tout ce qu'ils trouvaient pour barrer la route aux hommes de la Police nationale haïti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant