Les robots vous parlent

le , mis à jour à 08:16
0
Les robots vous parlent
Les robots vous parlent

On ne les débusque pas tout de suite, tant ils manient presque parfaitement l'orthographe, la grammaire et les formules de politesse. Et pourtant, les robots nous parlent. Quand on demande, en ligne, un renseignement à la SNCF, quand on se connecte pour vérifier l'arrivée prochaine de sa facture EDF ou encore quand on interroge son smartphone sur le temps qu'il fera demain. Ces logiciels, que les spécialistes appellent des « chatbots », s'insinuent de plus en plus dans un quotidien largement piloté par les ordinateurs et les téléphones mobiles.

 

Inquiétant ? Pas vraiment. Selon un sondage de l'institut Ifop* publié aujourd'hui et que nous dévoilons en avant-première, 56 % des Français estiment que ces assistants virtuels s'appuyant sur l'intelligence artificielle « contribueront à leur simplifier la vie ». « Une vraie surprise, car une telle technologie peut faire naître une forme d'angoisse en coupant les relations humaines », observe Caroline Rozier, porte-parole de la société Do You Dream Up (commanditaire de l'étude), qui conçoit des robots de conversation.

 

Une grosse attente chez les personnes âgées

 

Un chatbot, c'est un logiciel capable d'analyser les phrases que l'on écrit dans un message ou que l'on dicte à la voix, puis d'entamer une conversation et d'apporter des réponses aux questions que l'on pose. Leur grande force repose sur leur capacité à s'adapter, à user d'une intelligence artificielle pour apprendre au fur et à mesure qu'ils se frottent au langage humain. On les rencontre par milliers sur les messageries instantanées qu'ils envahissent (Messenger, Twitter, Snapchat, Kik...) ou directement via des fenêtres d'aide invitant à la discussion sur les sites de quelques grandes entreprises.

 

L'engouement autour des chatbots n'a rien d'une mode passagère réservée aux jeunes et aux geeks. Si, selon l'Ifop, 69 % des moins de 25 ans les plébiscitent, 53 % des plus de 65 ans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant