Les risques financiers inquiètent les institutionnels

le
0
(NEWSManagers.com) -
La perception des risques financiers de la part des investisseurs institutionnels en Europe s' est vivement accrue. Mais le classement de ces risques s'est sensiblement modifié depuis six mois. Le sondage RiskMonitor d' Allianz Global Investors publié hier montre ainsi que les investisseurs institutionnels européens considèrent désormais la volatilité comme le principal risque auquel ils devront faire face au cours des 12 prochains mois, suivi de la dette souveraine et de la baisse des marchés d' actions. Lors du dernier sondage, les taux d' intérêt tenaient le haut du pavé, la volatilité ne se classant qu' au quatrième rang de leurs préoccupations.

En chiffres, la part d' investisseurs interrogés considérant la volatilité comme un risque majeur a bondi de 16% à 89%. Cela dit, la dette souveraine est désormais perçue comme un risque majeur par plus d' un tiers des investisseurs interrogés, soit une proportion supérieure à toutes les autres catégories de risque, précise l'étude.

Pour Thomas Wiesemann, chief market officer d' Allianz Global Investors en Europe, une aversion au risque prolongée pourrait s' avérer coûteuse pour les investisseur. " La faiblesse actuelle des taux d' intérêt ne leur permettra pas de générer des rendements suffisants pour faire face à leurs obligations de paiement, voire risque même de se traduire par des rendements réels négatifs" , explique-t-il. Les niveaux des taux d' intérêt sont d'ailleurs considérés comme un risque majeur par 63% des sondés, plus que ceux craignant une hausse ou une baisse des taux.


Par ailleurs, les résultats du sondage indiquent qu' un nombre accru d' investisseurs anticipent une augmentation des risques extrêmes liés aux queues de distribution. Près de 63% des sondés estiment désormais que les risques extrêmes constituent une source majeure d' inquiétude contre 48% six mois plus tôt. Plus de 6% des
investisseurs interrogés considèrent qu' il s' agit du risque le plus significatif dans le contexte actuel.

Autre risque identifié par Thomas Wiesemann : " l' inconnu lié à un environnement de marché erratique, se traduisant par des corrélations potentiellement systémiques entre les risques" . Ce qui se traduit par la vive hausse de la perception du risque de contrepartie (" risque majeur" : 57% contre 31%) et du risque de liquidité (" risque majeur" 45% contre 22%).

Concernant la monnaie européenne, 80% des investisseurs européens interrogés pensent que l' euro survivra à la crise actuelle. Mais le risque de la dette souveraine semble également être pris très au sérieux par les sondés. La confiance dans l' euro et les craintes relatives à la dette souveraine semblent être fortement corrélées. A ce titre, les investisseurs interrogés en Italie, en France et en Allemagne accordent la confiance la plus marquée à la monnaie unique (plus de 90%). Mais ce sont les plus inquiets à l' égard de la dette souveraine, notamment en France (64% des sondés), en Italie (57%) et en Allemagne (43%).

La diversification constitue la technique de gestion du risque la plus usitée parmi les sondés, 42% d' entre eux y ayant recours. Le suivi du risque et la gestion de la duration représentent les deux approches subséquentes (près de 15%) et sont suivies par l' allocation d' actifs dynamique (12%). 8% d' entre eux préconisent une approche traditionnelle de la gestion du risque par classe d' actifs, sur la base de l' hypothèse d' une classe d' actifs sans risque. Un peu plus d' un tiers (36%) considère que la gestion du risque actif/passif est la plus appropriée, suivie d' une ventilation des risques par catégorie et non par classe d' actifs (29%) et d' une gestion du risque en fonction des pertes tolérées ou anticipées (25%).

Les résultats du sondage peuvent être consultés en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.allianzglobalinvestors.de/docs-produkte/global/RiskMonitor-November-2011.pdf

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant