Les révoltes du platine continuent en Afrique du Sud

le
2

(Commodesk) Près d'un mois après la fusillade de Marikana, les salariés des mines de platine sud-africaines continuent de se mobiliser pour réclamer de meilleures rémunérations. Le calme n'est toujours pas revenu sur le site exploité par le britannique Lonmin, et le mouvement s'est propagé à d'autres mines.

Lonmin avait adressé un ultimatum aux mineurs. Ceux-ci devaient reprendre leurs activités lundi 10 septembre, sous peine de sanctions, mais seulement 6% des mineurs étaient présents. Des arrêts de travail justifiés par le mouvement de protestation, mais également par la peur de représailles. Une marche a réuni plus de 4.000 personnes lundi matin, certains étant armés de bâtons ou de machettes.

Impala Platinum, qui exploite un site à Rustenburg, non loin de Marikana, a indiqué ce mardi 11 septembre que le syndicat Interim Workers Committee (IWC) avait adressé une nouvelle demande d'augmentation de salaires. La firme refuse de négocier, arguant qu'elle a déjà procédé à une revalorisation collective en avril dernier. Les employés menacent de se mettre en grève mais la production n'a pour le moment pas été impactée.

Ensemble, les deux sites assurent près de 8% de la production sud-africaine de platine. Ce pays est le premier producteur mondial, avec 73% du volume total. Depuis les événements de Marikana, les prix du platine se sont envolés : une once de platine s'échange désormais contre 1.593 dollars sur le LME, soit une progression de 14% depuis le 16 août.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • earth1st le mercredi 12 sept 2012 à 15:06

    Jusqu'à présent ça fonctionnait : le gain de productivité, les améliorations technologiques, l'esclavage de certaines parties de la population (ça fait plus de gras mais ce n'est pas une condition nécessaire), permettait d'augmenter la fourniture de TOUT aussi vite qu'on augmentait la population "classe moyenne". Mais quand les ressources deviennent rares donc d'un prix qui augmente plus vite que les avancées technologiques, et c'est INÉLUCTABLE, alors là ÇA COINCE !

  • earth1st le mercredi 12 sept 2012 à 15:01

    Ce serait-y qu'on commence à s'apercevoir que la croissance mondiale est une chaine de Ponzi qui réclame deux ressources en perpétuelles augmentation : la population humaine (faut de la main d'œuvre) et les matières premières ! Or les limites planétaires de la secondes énervent un peu la première. Si tu augmente les mineurs, il faut plus de TOUT pour fabriquer ce qu'ils vont pouvoir acheter. Donc les matières deviennent chère et il faut de nouveau augmenter les mineurs...