Les révoltes des élus UMP qui ont marqué le quinquennat

le
0
TVA sociale, travail dominical, taxe professionnelle, taxe carbone, déchéance de la nationalité : à cinq reprises avant l'affaire des radars, la majorité a engagé un bras de fer avec le gouvernement. Elle a gagné quatre fois

 

• Juin 2007 : la TVA sociale

Lors de la soirée électorale du premier tour des législatives, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Économie, confirme que le gouvernement réfléchit à l'instauration d'une «TVA sociale», c'est-à-dire une hausse de la TVA pour permettre de financer les dépenses sociales. Quelques jours plus tard, François Fillon ajoute que la TVA pourrait passer à 24,6% au lieu de 19,6% en 2009.


Laurent Fabius interroge Borloo par lfabius

Panique chez les députés UMP. Le PS fait campagne sur l'amputation du pouvoir d'achat, les électeurs hésitent. «Chez moi, c'est populaire : il y a des ouvriers, des employés. Les gens ont pris peur, expliquait Nadine Marano à Libération. En une semaine, j'ai perdu 6 points.» Elle n'est pas la seule. Certains élus UMP estiment que la polémique, lancée en plein entre-deux tours, a fait perdre à la majorité de 60 à 80 sièges à l'Assemblée nationale, et empêché une «vague bleue» dans l'Hémicycle. Dans l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant