Les révoltes arabes, «un test pour la justice internationale»

le
0
INTERVIEW - Le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, estime que l'exemple libyen augmentera la pression sur les dirigeants coupables d'atrocités.

LE FIGARO. - En Libye, vous venez de demander trois mandats d'arrêt contre Mouammar Kadhafi, l'un de ses fils et le chef des renseignements. Quelle sera la prochaine étape ?

Luis MORENO OCAMPO. - Les juges de la CPI vont rendre leur décision sur cette requête, sans doute avant deux mois. Une période qui va m'être utile pour envisager la manière de s'assurer de la mise en application de ces mandats d'arrêt. Kadhafi, qui est l'un des hommes les plus riches du monde, car le pays lui appartient, devra affronter la justice. L'affaire libyenne constitue un test global. Les révoltes arabes ne mettent pas seulement au défi les dirigeants arabes et leur façon de gouverner, mais aussi les autres dirigeants du monde. En Libye, Nicolas Sarkozy a eu le mérite de prendre l'initiative.

Les Britanniques ont été d'accord et, ensemble, ils ont pu amener tous les autres dirigeants à bouger. Le consensus a pu être atteint très rapidement et, une fois les décisions prises, personne ne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant