Les revenus moyens ne peuvent plus se loger 

le
1
En Île de France, il manque 100.000 appartements pour les ménages gagnant entre 2250 et 5770 ?.

Les plus pauvres ne sont plus les seuls à éprouver des difficultés pour trouver un toit en Ile-de-France. Comme eux, 450.000 ménages à revenus moyens ont désormais du mal à se loger. «Ils sont coincés entre des logements sociaux qui affichent complet et des prix trop élevés dans le privé, résume Marie-Anne Belin, rapporteur d'une étude sur le sujet publiée jeudi par le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser). En quelque sorte, ils sont trop riches pour accéder aux logements du parc social et trop pauvres pour accéder aux logements du parc privé.»

Le revenu mensuel de ces ménages locataires, qui représentent plus de 9 % de l'ensemble des ménages franciliens, est compris entre 2251 et 5776 ¤. «Il peut s'agir d'un couple formé par un instituteur et une infirmière, d'un cadre supérieur qui divorce, de deux jeunes actifs de moins de 35 ans, d'un ingénieur vivant seul avec son enfant ou encore de jeunes retraités, détaille l'experte. Tout le monde peut donc être touché, car aujourd'hui les ménages n'ont plus un parcours ascendant comme autrefois.»

S'éloigner en Grande Couronne

Faute de trouver à se loger, le million de Franciliens concerné aujourd'hui n'a pas d'autre choix pour s'en sortir que de s'éloigner en Grande Couronne ou de s'entasser dans des habitations toujours plus petites. Voire même de quitter la région. «Ce qui pose un vrai problème en termes d'attractivité de la région . L'Ile-de-France joue un rôle majeur dans l'économie du pays et elle ne peut pas se passer des actifs à revenus moyens.»

Or, estime Mme Belin, ces derniers peuvent payer des loyers entre 9 et 11 ¤ et jusqu'à 19 ¤ du mètre carré en zone dense ou dépenser, à l'achat, entre 3200 et 4000 ¤ le mètre carré. «Ce type de logement "intermédiaire" fait actuellement défaut. Il faudrait en construire 100.000 au total, soit 10.000 par an pendant dix ans, à raison de 5000 dans le social et 5000 dans le privé.»

LIRE AUSSI :

» La galère des jeunes pour se loger

» Six Français sur dix éprouvent des difficultés à se loger

SERVICE :

» Retrouvez les annonces immobilières sur Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR :

» Twitter : @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le lundi 12 déc 2011 à 16:47

    Le slogan "une France de propriétaires" a fait mouche, mais on a aussi maintenant une France de pauvres... endettés à vie pour un bien surévalué... les banques se sont une fois de plus bien gavées, le secteur de l'immobilier aussi et bien sur l'Etat (frais de notaire et aussi dessous de table???)