Les retraités touchent en moyenne 115 euros de plus par mois que prévu

le
0

L'écart entre les estimations envoyées en amont par les caisses de retraite aux assurés et la pension réellement versée se monte à 20% en moyenne.

Entre 55 et 60 ans, tout assuré reçoit une estimation de sa caisse de retraite sur sa future pension. Une fois en retraite, il s'aperçoit qu'il touche une pension supérieure en moyenne de 20% à ce qui était prévu. Soit 115 euros de plus par mois par rapport à la prévision, relève une étude* de la Caisse nationale d'assurance retraite (Cnav) et des régimes complémentaires des cadres (Agirc) et des salariés (Arrco).

Attention, il s'agit d'une moyenne et tous les assurés ne perçoivent donc pas ce jackpot! «La moitié des assurés constaterait un écart de 8% ou moins en leur faveur (soit 73 euros)», précise l'étude. Il se limite même, dans les cas les plus simples à 2%, soit 21 euros par mois. À l'inverse, dans 14% des cas, les pensions sont surestimées, avec une mauvaise surprise à la clé pour l'assuré.

En réalité, les erreurs en faveur des assurés se concentrent sur les carrières complexes. «L'estimation ne peut connaître à l'avance l'éligibilité à l'inaptitude au travail, expliquent les auteurs de l'étude: pour 11% des assurés partant à taux plein, les documents d'informations à disposition des caisses supposaient à tort un départ à taux réduits à la date réelle de départ à la retraite.» D'autre part, les femmes ne savent souvent pas, avant d'être à la retraite, qu'elles peuvent bénéficier d'une majoration de durées d'assurance (MDA) en cas de maternités. Les carrières sont également parfois mal renseignées et les polypensionnés (personnes qui ont cotisé dans différents régimes de retraite) se voient valider des trimestres tardivement.

Les dernières statistiques du Conseil d'orientation des retraites montrent par ailleurs qu'un salarié non cadre du privé né en 1953 perçoit une pension représentant 75,1% de son dernier salaire. Elle se monte à 68,6% pour un fonctionnaire de catégorie B (non-cadre), sans décote ni surcote.

*L'étude porte sur 72.000 assurés de la génération 1951 partie à la retraite à la date prévue, entre novembre 2011 et mars 2013 qui ont reçu leur estimation à 60 ans, c'est-à-dire en 2011.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant