Les retraites complémentaires seront bien gelées en 2014

le
0

Pour la seconde année consécutive, il n'y aura pas de revalorisation des pensions au 1er avril.

Les pensions de retraites complémentaires des salariés et des cadres devraient être gelées en 2014. Les conseils d'administration de l'Arrco (salariés et cadres) et de l'Agirc (cadres) devraient décider, mardi et jeudi, de ne pas augmenter cette année les pensions au 1er avril, suivant l'inflation, comme c'était la règle depuis plus de vingt ans. Il s'agit en fait, pour les partenaires sociaux qui gèrent les régimes complémentaires, d'appliquer l'accord de mars 2013 signé par le patronat, la CFDT, la CFTC et FO pour redresser les finances des régimes. «Ce n'est pas une mesure facile à prendre, mais nous assumons nos responsabilités pour pérenniser les régimes», affirme Philippe Pihet, «M. Retraites» de FO et président de l'Arrco. La mesure devrait permettre d'économiser environ 550 millions cette année.

Baisse des pensions

Dans le détail, l'accord prévoit, aux côtés d'une hausse des cotisations employeurs et salariés sur deux ans, de faire progresser les pensions d'un point de moins que la hausse des prix, en 2014 et 2015. L'inflation observée l'année dernière et celle estimée pour 2014 étant plus faibles que prévu, les pensions auraient même dû baisser cette année. Mais l'accord interdit tout recul et fixe la progression minimale à... zéro. «L'inflation très faible empêche toute revalorisation mais protège aussi les salariés concernés d'une trop grande perte de revenu», fait valoir Patrick Poizat, de la CFTC.

Reste que, pour la CGT, «la première conséquence de ce gel des pensions sera une nouvelle dégradation des conditions de vie de millions de retraités». En effet, cette décision signifie une perte sèche de pouvoir d'achat pour près de 15 millions de retraités. Et ce pour la deuxième année consécutive. En 2013 déjà, les pensions avaient progressé moins vite que les prix. Surtout, le gel s'ajoute au report de six mois de la revalorisation des pensions du régime général (hors minimum vieillesse), qui ne seront revalorisées qu'au 1er octobre et non pas au 1er avril de chaque année. Malgré tout, les mesures de redressement prévues dans l'accord de mars 2013 ne suffiront pas à colmater les finances de l'Agirc et de l'Arrco, estiment les gestionnaires des régimes complémentaires.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant