Les résultats de Roche dopés par ses trois médicaments phares

le
0
ROCHE LIVRE UN BÉNÉFICE SEMESTRIEL BRUT EN HAUSSE DE 10%
ROCHE LIVRE UN BÉNÉFICE SEMESTRIEL BRUT EN HAUSSE DE 10%

BALE, Suisse (Reuters) - Roche a fait état jeudi d'un bénéfice semestriel brut en hausse de 10% à la faveur de la bonne tenue des ventes de ses trois médicaments vedettes et du lancement d'un nouveau traitement du cancer du sein, des données qui semblent donner raison au groupe lorsqu'il dit qu'il est en mesure de faire face à la concurrence des génériques.

Les chiffres du groupe pharmaceutique relancent aussi les spéculations selon lesquelles il pourrait augmenter son dividende et ses rachats d'actions et réaliser de nouvelles acquisitions dans le cadre de sa stratégie de diversification.

Severin Schwan, directeur général de Roche, a ainsi dit que l'entreprise poursuivrait sa quête d'acquisitions susceptibles de compléter sa gamme d'activités.

Il a toutefois refusé de commenter des informations disant que le groupe cherchait des financements en vue d'une possible offre sur Alexion Pharmaceuticals, laboratoire américain spécialisé dans le traitement de maladies rares.

Le groupe suisse a précisé que son chiffre d'affaires sur les six premiers mois de l'année avait augmenté de 4% à 23,295 milliards de francs suisses (18,83 milliards d'euros) et que le résultat par action hors exceptionnels était à 7,58 francs.

Les analystes interrogés par Reuters avaient tablé sur respectivement 23,293 milliards et 7,35 francs.

Roche a précisé que les performances commerciales de ses trois traitements du cancer qui se vendaient le mieux -le Rituxan, l'Herceptin et l'Avastin- avaient compensé les ventes mitigées du Pegasys, un médicament contre l'hépatite.

Le chiffre d'affaires généré par l'Avastin -utilisé dans le traitement du cancer des ovaires et dans celui du cancer colorectal- a ainsi augmenté de 12% sur le premier semestre 2013.

Roche, numéro un mondial des traitements du cancer, échappe largement au phénomène d'expiration des brevets qui plombe bon nombre de ses rivaux parce que ses médicaments, issus des biotechnologies, sont difficiles à imiter.

En revanche, la volonté du groupe de se développer au-delà de son domaine d'expertise que sont les cancers rencontre moins de succès, comme en témoigne la décision de Roche, annoncée plus tôt dans le mois, d'arrêter le développement d'un traitement du diabète.

Roche a dit s'attendre à une croissance de son chiffre d'affaires similaire à celle enregistrée en 2012, année marquée par une hausse de 7% des ventes.

Le groupe voit son bénéfice brut progresser davantage que ses revenus, tout en disant prévoir pour cette année une nouvelle augmentation du dividende.

Le titre prend 0,3% à 234,10 francs suisses vers 12h30, alors que l'indice pharmaceutique en Europe cède 0,75%.

Caroline Copley; Benoît Van Overstraeten et Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant