Les Restos du Coeur peuvent à nouveau utiliser la photo de Coluche

le
2
Les Restos du Coeur peuvent à nouveau utiliser la photo de Coluche
Les Restos du Coeur peuvent à nouveau utiliser la photo de Coluche

Les Restos du Coeur, qui avaient dû retirer au début du mois le portrait en noir et blanc de Coluche affiché dans leurs centres après avoir été assignés par son auteur, vont pouvoir réutiliser le cliché à la suite d'un accord avec le photographe. «L'association des Restos du Coeur et Gaston Bergeret, auteur d'un célèbre portrait de Coluche, ont mis fin au litige les opposant à propose de l'usage de cette photographie», annonce l'association.

La photo est l'une des plus connues de l'humoriste, fondateur des Restos du Coeur, mort en juin 1986 dans un accident de moto. Elle le montre appuyé sur les coudes, les bras croisés, un léger sourire aux lèvres. Gaston Bergeret avait assigné l'association, lui demandant notamment de cesser d'exploiter cette image, qui ornait depuis leur création, en 1985, les 2 040 centres de distribution des Restos du Coeur. Le photographe estimait «avoir subi des atteintes à ses droits du fait de certains usages inappropriés, et plus particulièrement quand le cliché original a été transformé par l'association des Restos du Coeur et ses partenaires». Ces transformations concernaient par exemple «des modifications de couleurs et des recadrages».

Une utilisation «sans déformation»

Les Restos du Coeur affirment «avoir voulu privilégier l'utilisation du portrait dans l'unique but de promouvoir les missions sociales qui sont les leurs, et d'en obtenir les financements». Dans le cadre de l'accord trouvé, Gaston Bergeret, qui demandait également un dédommagement financier pour l'utilisation antérieure de la photo, «renonce à toute indemnisation pour le passé», et «ne remet pas en cause pour l'avenir son engagement initial de 1986, à savoir une utilisation gratuite de cette photographie par l'Association et ses partenaires, dans le cadre des activités des Restos du Coeur».

Les Restos s'engagent de leurs côté «à veiller à ce que le portrait de Coluche soit utilisé sans déformation». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9722583 le mardi 30 juil 2013 à 10:25

    Je suis bien content qu'on aie pu trouver un accord aussi vite pour le bien de ses bénéficiaires. Tout est bien qui se finit bien !!!

  • dmorvan4 le mardi 30 juil 2013 à 09:50

    On peut vraiment dire que le photographe a recadré l'affaire! C'est bien, le mercantilisme a ses limites.