Les restes de Cervantes auraient été retrouvés à Madrid

le
0

MADRID (Reuters) - Des historiens ont déclaré mardi penser que les ossements retrouvés dans le sous-sol d'un couvent de Madrid comprennent ceux de Miguel de Cervantes, mort voici près de 400 ans.

La quête de la "dernière demeure" de l'auteur de Don Quichotte a conduit les scientifiques espagnols dans le sous-sol de ce couvent du XVIIe siècle où l'auteur avait demandé à être inhumé. Certains des ossements exhumés ces derniers mois appartiennent presque certainement à Cervantes, affirment-ils.

"Tout coïncide et nous conduit à penser que Cervantes est bel et bien là", a déclaré l'anthropologue Francisco Etxeberria, directeur des recherches, à propos des fouilles effectuées dans la crypte de l'église du couvent des Trinitaires.

L'ordre religieux des Trinitaires avait contribué au versement de la rançon qui avait permis de racheter Cervantes lorsqu'il avait été capturé par les Barbaresques et réduit en esclavage à Alger.

Les enquêteurs ne seront cependant peut-être jamais à même de garantir avec une certitude absolue qu'il s'agit bien des cendres de l'écrivain, a ajouté Francisco Etxeberria, même si les tests ADN restent encore à pratiquer.

Cervantes est mort le 23 avril 1616, le même jour que William Shakespeare. Mais l'emplacement exact de sa tombe a été perdu en raison d'une reconstruction ultérieure du couvent.

La maire de Madrid, Ana Botella, a déclaré mardi que les autorités envisageaient d'ouvrir aux visiteurs le site où reposerait celui que beaucoup considèrent comme le père du roman moderne.

Les enquêteurs ont entamé leurs recherches il y a près d'un an dans ce couvent, où vivent toujours une dizaine de religieuses. Récemment, ils ont découvert des fragments d'ossements ainsi qu'un pan de cercueil frappé des lettres "M" et "C", les initiales de l'écrivain.

Aucun des ossements ne porte cependant la trace des blessures que Cervantes a subies durant sa vie, notamment des lésions au bras gauche datant de la bataille de Lépante, en 1571, disent les experts.

(Raquel Castillo; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant