Les responsables européens calment le jeu sur les banques

le
0
Alors que les banques poursuivent leurs chutes en Bourse et que la solidité de leurs bilans inquiètent, leur nationalisation n'est pas d'actualité selon les responsables européens et Éric Besson.

Alors qu'un défaut de la Grèce se rapproche chaque jour, la question de la nationalisation des banques est revenue sur le devant de la scène en raison de l'exposition des banques françaises à la Grèce. En Bourse, les valeurs bancaires sont sous pression. Depuis le début de l'année, Société Générale a en effet plus de 60% de sa valeur en Bourse et affiche un plus bas depuis 20 ans, BNP Paribas et Crédit Agricole, un peu moins de la moitié.

Une situation à laquelle les dirigeants politiques ont enfin réagi. «Une nationalisation des banques françaises est totalement prématurée et à côté du sujet», a affirmé ce matin le ministre de l'Industrie, Éric Besson, sur RMC/BFM TV. Ce dernier a rappelé que les banques ont «très bien passé» les tests de résistance européens l'été dernier.

Si à droite, on répond donc par la négative, ce n'est pas le cas du côté du parti socialiste. Ainsi, pour François Hollande, candidat à la primaire socialiste, «S'il adv...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant