Les résidences secondaires se vendent de plus en plus mal

le
8

Que ce soit sur les côtes touristiques ou à la campagne, les prix de vente s’effondrent. En Normandie, la baisse se chiffre à 20%.

Les résidences secondaires se vendent de plus en plus mal, constatent les notaires, tant sur les côtes touristiques, où les prix et les volumes de ventes sont en berne, qu’à l’intérieur du pays où le marché est véritablement sinistré. Dans leur dernière note de conjoncture publiée lundi, les notaires de France constatent ces derniers mois «une érosion des prix qui se poursuit» dans l’immobilier ancien, mais avec «de fortes disparités régionales».

«Il se confirme que les prix baissent légèrement dans les agglomérations mais de manière plus significative dès lors que l’on s’en éloigne», observent-ils. En particulier, les prix des résidences secondaires «ont subi de fortes baisses en 2014, quels que soient les secteurs». Ainsi «sur les côtes touristiques, les volumes de ventes et les prix sont en berne et devraient le rester», estiment les notaires de France. Pire, «dans les zones intérieures, le prix des maisons de campagne s’effondre», notent-ils. Ainsi dans la Creuse, les prix ont chuté de 50% depuis 2008.

42 nuits par an dans une résidence secondaire

Le constat est le même dans le Morvan, le Périgord, ou le Gers, constatent les notaires, au vu de leurs transactions. En Normandie et dans le Perche, les prix reculent de 20 à 25%, dans le Luberon, le repli est d’environ 10%. «L’offre pléthorique de biens de cette catégorie démontre que ce marché est fortement touché», notent encore les notaires. «Rappelons qu’il s’agit d’achats plaisir, que d’aucuns délaissent à défaut de confiance en l’avenir, ne sachant pas notamment si un tel investissement assurera la conservation de leur épargne», analysent-ils.

Ainsi dans le contexte économique actuel, «posséder une résidence secondaire est plus que jamais un luxe», estiment les notaires, rappelant que les propriétaires n’en profitent en moyenne que 42 nuits par an.» De son côté le réseau immobilier Guy Hoquet (Nexity) a dressé en début d’année un «palmarès des régions de résidences secondaires où le marché baisse le plus».

La région Centre arrive en tête avec une baisse de 21,6% au dernier trimestre de l’an dernier, par rapport à un an plus tôt, à 1.231 euros le m2. Suivent la Basse-Normandie (-10,1% à 2.372 euros le m2), la Bretagne (-6,5% à 2.301 euros), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (-6,5% à 4.751 euros), la région Rhône-Alpes (-4,4% à 2.458 euros) et les Pays de la Loire (-3,4% à 2.116 euros).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • psion le mardi 14 avr 2015 à 14:53

    Utiliser une résidence secondaire 42 jours par an est un non sens économique , sauf si l'on peut la louer le reste du temps disponible ! On n'achète pas une vache lorsque l'on a besoin quotidiennement que d'un litre de lait !

  • kpm745 le mardi 14 avr 2015 à 11:36

    Baisse du pouvoir d’achat, fiscalité, baisse des retraites, … Ceux qui peuvent encore entretenir une résidence secondaire sont de moins en moins nombreux

  • frk987 le mardi 14 avr 2015 à 11:24

    Les résidences principales suivent le même chemin...........

  • immodest le mardi 14 avr 2015 à 11:20

    Ptêt que c'était trop cher.

  • mlemonn4 le mardi 14 avr 2015 à 11:16

    Normal et ce n'est pas fini pour l'immobilier avec la valse des étiquettes des taxes foncières et d'habitation que nos politicards (droite/gauche) vont continuer de nous asséner dans les prochaines années! ce n'est pas cela qui redonnera des logements à ceux qui n'en ont pas! quand on voit la politique publique en matière immobilière de nos politicards, il y a vraiment de quoi de s'interroger sur nos élites auto proclamées, ces gens ayant fait l'ANE!!!! un gamin aurait plus de bon sens!!!

  • stan38 le mardi 14 avr 2015 à 11:14

    Quand on fait les comptes, avec en balance les avantages et les inconvénients, ce sont les charges et la fiscalité qui font basculer le choix de vendre et quand la majorité vend les prix baissent, c'est la dure loi du marché.

  • heimdal le mardi 14 avr 2015 à 10:57

    La fiscalité locale est devenue délirante et d'autant plus chère que la ville est minable et pauvre.

  • imozen le mardi 14 avr 2015 à 10:31

    A moins d'être à plusieurs familles pour y aller, la résidence secondaire, c'est un fardeau