Les résidences de tourisme, focus sur une invention bien française

le
0

Mon premier est un investisseur, mon deuxième un touriste, mon troisième un gestionnaire. Et mon tout est une façon de loger pour quelques jours ou quelques semaines les touristes qui séjournent en France et d’investir dans l’immobilier sans souci de gestion.

Qu’est-ce qui peut être implanté en pleine campagne, dans une ville, à la montagne ou à la mer? Qu’est-ce qui a une trentaine d’années, compte 188.500 appartements, près de 780.000 lits en France? Réponse: les résidences de tourisme. Il en existe plus de 2200 en France, selon le Syndicat des résidences de tourisme (SNRT).

Elles sont de natures différentes. Mais, dans tous les cas, le schéma est le même et fait entrer en jeu trois types d’acteurs. A la base, il y a un investisseur, le plus souvent un particulier qui achète un appartement, un gestionnaire qui s’occupe de la location et de l’entretien des lieux et un autre particulier, touriste ou homme d’affaires, qui l’occupe pour une durée variable (6 jours en moyenne). Un schéma tripartite qui impose de veiller non seulement à la qualité de l’emplacement, comme dans n’importe quel investissement immobilier, mais aussi au savoir-faire et au sérieux de l’exploitant, car le sort de l’investisseur est entre ses mains.

Certaines résidences ont laissé, au cours des dernières années, un goût amer aux investisseurs. Une vingtaine d’exploitants, représentant environ 200 résidences de tourisme, ont fait défaut entre 2007 et 2012, ce qui a mis des propriétaires en difficulté. Le SNRT juge la situation maintenant assainie. Deux fédérations de propriétaires ont vu le jour, elles regroupent 8000 d’entre eux. Pour les pouvoirs publics, la profession doit continuer à moderniser son offre avec des appartements plus grands et de nouveaux services.

Les exploitants se disent prêts à relever le défi que s’est lancé la France, qui veut accueillir 100 millions de touristes en 2020. Pour cela, il faudra compter sur toutes les capacités d’hébergement du pays. Les résidences de tourisme en font partie, mais elles devront faire peau neuve. Il faudra accompagner les propriétaires pour rénover les appartements car depuis leur création certaines résidences ont beaucoup vieilli.

Le classement des résidences, important pour conquérir les touristes, a été assoupli. Bonne nouvelle pour les exploitants, un décret vient en effet d’autoriser, pour les résidences de plus de 9 ans, le classement dès que 55 % (et non plus 70 %) des appartements sont gérés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant