Les réserves de pétrole, instrument de la puissance américaine

le
1
LES RÉSERVES DE PÉTROLE, UN INSTRUMENT DE LA PUISSANCE AMÉRICAINE
LES RÉSERVES DE PÉTROLE, UN INSTRUMENT DE LA PUISSANCE AMÉRICAINE

par Timothy Gardner

(Reuters) - En annonçant mercredi que les Etats-Unis allaient mettre sur le marché une petite partie de leurs réserves pétrolières stratégiques (SPR), Washington a fait savoir au monde entier qu'il devait se préparer à l'avènement d'une nouvelle superpuissance énergétique.

Le département de l'Énergie a dit qu'il allait proposer jusqu'à cinq millions de barils de brut puisés dans les réserves stratégiques, attendant des offres dans les deux jours.

Si les Etats-Unis prennent cette initiative rarissime c'est qu'ils entendent profiter au maximum d'une manne pétrolière et gazière à laquelle ils ne s'attendaient pas.

Avec l'exploitation de plus en plus poussée des gaz de schiste, la production pétrolière américaine a augmenté l'année dernière d'un million de barils par jour, tandis que les grands groupes d'énergie multiplient les projets de gazoducs et d'oléoducs et construisent de nouveaux terminaux pour s'adapter à cette nouvelle donne énergétique.

Malgré les apparences, cette décision ne semble pas liée au contexte géopolitique qui a ramené les relations entre Washington et Moscou à un niveau de tensions sans précédent depuis la fin de la guerre froide.

La décision témoigne en revanche de la volonté de Washington de transformer le rôle des réserves stratégiques en un outil capable de soutenir l'économie voire en un instrument de politique étrangère, alors que leur mission actuelle est de prémunir l'économie des effets d'une grave perturbation des approvisionnements en hydrocarbures.

"Je ne pense pas que cela ait un quelconque lien avec la Crimée, mais sur le long terme, je pense vraiment que l'administration perçoit les réserves comme un outil géopolitique", estime Jamie Webster, directeur chargé du marché mondial du brut chez IHS Energy.

LE PÉTROLE AU SERVICE DE LA DIPLOMATIE

Avec la baisse de la demande intérieure et la hausse de la production, les réserves stratégiques représentent actuellement 210 jours d'importations de brut, plus du double des 90 jours requis.

L'essor énergétique permet aux Etats-Unis, "s'ils le souhaitent, d'utiliser à dessein" leurs réserves stratégiques et la hausse de la production énergétique pour influencer leur politique étrangère, déclare Elizabeth Rosenberg, du programme Energie, Environnement et Sécurité au Centre pour une nouvelle politique américaine de sécurité.

C'est cette confiance à l'égard du potentiel énergétique américain qui a permis l'an dernier au président américain Barack Obama de coordonner avec l'Union européenne une série de sanctions contre l'Iran, l'un des plus gros exportateurs de brut, sur la question nucléaire.

Les sanctions prises à l'encontre de la République islamique ont eu pour effet de réduire ses exportations d'un million de barils par jour depuis la mi-2012 sans pour autant que cela se traduise par une hausse sensible des cours.

De l'avis de beaucoup d'observateurs, cela n'aurait pas été possible sans les gaz de schiste extraits par fracturation hydraulique dans le Dakota du Nord et au Texas.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le jeudi 13 mar 2014 à 16:11

    allo françois ???? ah non c'est vrai en france il y a le parti aux 1,5 % qui dit non à tout !!!