Les réservations de vacances tardent sans raison évidente

le
1
Ni le temps ni l'argent ne semblent expliquer ce retard.

Plutôt mer ou montagne? Farniente ou découverte? En tous cas les Français qui ont la chance de pouvoir s'octroyer des vacances cet été resteront majoritairement - pour 64% d'entre eux - sur le territoire hexagonal. De la même façon, le budget transport-hébergement-loisirs pour la période sera infèrieur à 1000 euros pour 58% des Français qui comptent partir.

Deux chiffres clés issus d'une étude publiée ce mercredi et réalisée par Ipsos pour le site declicfrance.com. De manière plus générale, les Français sont moins nombreux que l'an dernier à avoir plannifié leurs vacances, malgrè juillet qui approche à grands pas. Une diminution de 14% des réservations a d'ors et déjà été enregistrée, en comparaison à 2011. D'après l'étude, certains spécialistes sont relativement inquiets face à ce chiffre.

La météo a bon dos

Pour renverser la vapeur en leur faveur, les professionnels du tourisme ont évidemment tout intérêt à comprendre les raisons de cette timidité dans les réservations. Or, cela s'annonce corsé. En effet, Yariv Abehsera, président de declicfrance.com a beau estimer que «les conséquences de la crise, combinées à une météo maussade incitent les vacanciers à décaler leur acte d'achat», les résultats de l'étude ne confirment pas forcément ses dires. À la question: «Est-ce que les aléas liés à la météo modifient votre comportement dans la prise de décision de vos vacances?», une écrasante majorité de sondés (67%) répond par la négative. Concernant la situation économique, les avis sont plus partagés: 51% des personnes interrogées déclarent qu'au cours des deux dernières années, elles n'ont pas été amenées à changer leurs habitudes en terme d'achat de séjour. Des zones d'ombres persistent donc sur les éléments qui ont provoqué un décalage des réservations de vingt jours cette année. Reste qu'Internet contribue probablement à un raccourcissement du cycle d'achat étant donnée la rapidité qu'il confère, mais cela n'est pas spécifique à 2012.

Les chiffres cités ci-dessus sont issus d'une étude menée via Internet auprès de 500 individus âgés de 18 à 65 ans, ayant l'intention de partir en vacances cet été.

LIRE AUSSI:

» Voyagistes: réservations pour l'été en chute de 4,4 %

» Les vacances des Européens, victimes de la crise

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9810937 le jeudi 28 juin 2012 à 09:24

    on attend de savoir comment Hollande va détruire la classe moyenne avec ses impots : c'est tout !