Les réseaux sociaux, un paradis pour toutes sortes d'espions

le
0
Les réseaux sociaux, un paradis pour toutes sortes d'espions
Les réseaux sociaux, un paradis pour toutes sortes d'espions

On y affiche ses opinions, on y relate ses déplacements... Les réseaux sociaux regorgent d'informations sur leurs utilisateurs et leur exploitation est devenue un vrai business, mais cette surveillance inquiète, surtout quand elle prend un visage policier."Il y a une étroite ligne de démarcation entre la surveillance des individus et le suivi à des fins de recherche", indique Jenny Sussin, analyste chez Gartner. Même quand l'espionnage n'est pas l'objectif initial, "rien n'empêche quelqu'un de créer un flux contenant seulement les informations de gens sur une liste" et de les "localiser (...) quand ils publient sur les réseaux sociaux depuis une certaine région".Geofeedia, une société qui, comme beaucoup d'autres, commercialise des services d'analyse en puisant dans la gigantesque base de données représentée par Twitter, Facebook ou sa filiale Instagram, vient d'être épinglée par l'organisme américain de défense des droits civiques ACLU: elle a aidé la police à pister des militants lors de mouvements sociaux dans plusieurs villes américaines où des hommes noirs avaient été abattus par des policiers. Twitter et Facebook ont coupé l'accès de l'entreprise à leurs flux de données. Dans le passé, Twitter avait déjà interdit aux services de renseignement américains d'utiliser le logiciel d'analyse des tweets Dataminr.L'ACLU réclame toutefois plus d'efforts des réseaux, et notamment le blocage des applications utilisées par les forces de l'ordre ou pouvant servir d'outils d'espionnage.Les entreprises doivent "connaître leurs clients" et "il y a des questions spécifiques qu'elles peuvent poser" pour cela, argumente Sophia Cope, avocate spécialisée dans les libertés civiles et les technologies à l'Electronic Frontier Foundation (EFF).- Débat récurrent -L'éventuelle coopération du secteur technologique avec des services de renseignement est un débat récurrent. La justice ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant