Les réseaux sociaux s'agitent autour du général Piquemal

le
0
Christian Piquemal a été interpellé par la police le samedi 6 février, à Calais, lors de la manifestation qui avait été interdite par le ministère de l'Intérieur.
Christian Piquemal a été interpellé par la police le samedi 6 février, à Calais, lors de la manifestation qui avait été interdite par le ministère de l'Intérieur.

Un ancien patron de la Légion étrangère (de 1994 à 1999) qui participe à une manifestation contre les migrants, défiant l'État car le rassemblement était interdit, voilà qui est inattendu. Les réseaux sociaux n'ont pas manqué de réagir à l'interpellation du général Christian Piquemal.

Son nom a été largement relayé dès samedi sur Twitter, faisant même ce jour-là partie des mots-dièses les plus usités, notamment par les dirigeants du Front national, tel Nicolas Bay, secrétaire général du FN, Florian Philippot ou Marine Le Pen. Le mot-dièse « JeSuisPiquemal », reprenant la typographie du désormais célèbre « Je suis Charlie », a également été très relayé.

Pegida, « Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident », mouvement d'extrême droite né en Allemagne à l'automne 2014, avait appelé le 23 janvier à manifester dans plusieurs pays d'Europe ce samedi. Le général Piquemal avait annoncé sa présence à la manifestation interdite par voie de communiqué, malgré l'annonce faite par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve d'interdire toutes les manifestations susceptibles de provoquer « des troubles à l'ordre public » à Calais. Environ 3 700 migrants, venus majoritairement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans la « jungle » de Calais, plus grand bidonville de France, dans l'espoir d'atteindre...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant