Les réseaux sociaux piègent l'armée russe, soupçonnée d'agir en Ukraine

le
0
Les réseaux sociaux piègent l'armée russe, soupçonnée d'agir en Ukraine
Les réseaux sociaux piègent l'armée russe, soupçonnée d'agir en Ukraine

La passion des soldats russes pour les réseaux sociaux met Moscou dans l'embarras: un militaire russe a posté sur Instagram deux photos affichées comme géolocalisées en Ukraine, et d'autres ont multiplié les commentaires sur internet laissant entendre que leurs unités seraient intervenues contre l'Ukraine en dépit des dénégations officielles.Alexandre Sotkine, 24 ans, a posté sur Instagram une série de photos géolocalisées dans le village de Volochino, dans le sud de la Russie, où son unité militaire semble être stationnée, avant d'en poster deux autres, le 5 et 6 juillet, géolocalisées à dix kilomètres de là... en Ukraine.Révélée par le site d'informations américain BuzzFeed, la géolocalisation de ces deux "selfies" - accompagnés des mots clés "armée" et "exercices2014" - pourrait être la preuve que l'armée russe a franchi la frontière russo-ukrainienne, malgré les démentis du Kremlin.Il est certes possible de falsifier la géolocalisation de photos postées sur le net, mais cela demande des connaissances de codage particulièrement poussées, souligne un informaticien interrogé par l'AFP. Le ministère russe de la Défense s'est refusé pour sa part à tout commentaire.Dans la légende d'une autre de ses photos, cette fois-ci géolocalisée à Volochino, le soldat Sotkine raconte avoir passé la journée "assis, à travailler sur le +Bouk+, à écouter de la musique".Pour BuzzFeed, cela implique que les unités militaires russes postées à la frontière russo-ukrainienne avaient en leur possession des missiles sol-air Bouk quelques jours avant que ne soit abattu, vraisemblablement par un de ces missiles selon l'Occident, un avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine.Mais le mot "Bouk" pourrait aussi être l'abréviation russe de "notebook", et le soldat Sotkine pourrait avoir en réalité passé la journée à travailler sur son ordinateur plutôt que sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant