Les réseaux sociaux génèrent un stress lié à la "compassion" (étude)

le
0
Les réseaux sociaux génèrent un stress lié à la "compassion" (étude)
Les réseaux sociaux génèrent un stress lié à la "compassion" (étude)

Utiliser les réseaux sociaux ne provoque pas de stress mais peut amplifier la prise de conscience de problèmes rencontrés par ses amis ou sa famille, générant un stress contagieux lié au "coût de la compassion", selon une étude publiée jeudi.Les abonnés à Twitter et Facebook ne sont pas stressés parce qu'ils utilisent ces réseaux, mais parce qu'ils "ont connaissance d'événements qui peuvent affecter les vies d'autres gens". "Cette découverte du +coût de la compassion+ corrobore le fait que le stress peut être contagieux", souligne Keith Hampton, un des auteurs du rapport réalisé par la Pew Research Center and Rutgers University."Il n'y a pas d'éléments dans nos données prouvant que les utilisateurs des réseaux sociaux se sentent plus stressés que ceux qui utilisent moins ou pas du tout les technologies numériques", selon M. Hampton.Et beaucoup d'Américains qui utilisent Twitter, se servent des emails, ou partagent des photos par téléphone présentent même des niveaux moins élevés de stress.Le stress affecte toutefois différemment les hommes et les femmes, selon Pew."Il n'y a pas de différence, d'un point de vue statistique, entre le niveau de stress d'un homme qui utilise les réseaux sociaux, un téléphone portable ou internet et un homme qui n'utilise pas ces technologies", remarquent les chercheurs.Mais "une femme qui utilise Twitter plusieurs fois par jour, envoie ou reçoit 25 emails par jour, et partage deux photos numériques sur son téléphone portable quotidiennement, présente un stress 21% moins élevé qu'une femme qui n'utilise pas du tout ces technologies".Le stress peut en revanche être contagieux, notamment sur Facebook, le plus populaire des réseaux sociaux chez les Américains, car c'est là que les femmes comme les hommes prennent davantage conscience d'événements stressants pour d'autres personnes.Une femme avec un réseau d'amis Facebook de taille ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant